Football

Enfant de la guerre, Luka Modric s’est érigé en symbole de toute une nation. Portrait d’un homme qui s’est construit entre ombre et lumière.

Les questions sur le sujet ne vont pas manquer d’affleurer. Luka Modric le sait. Il en a pris l’habitude. Le Croate y répondra mécaniquement.

À la veille de la finale de la dernière Coupe du monde, le milieu avait été interrogé sur les effets de la guerre des Balkans sur son développement personnel. "Je n’aime pas revenir là-dessus. C’est le passé", avait-il lâché, dans un soupir, poursuivant : "Évidemment, tout vous influence, cela nous rend résistants."Au printemps, Modric s’était montré plus concret au détour d’une phrase assez lourde de sens finalement : "Je pense que ce que j’ai vécu enfant m’oblige à ne pas m’affaiblir."

Comme tous les gamins nés dans ce qui s’appelait encore la Yougoslavie avant de se morceler dans la haine de l’autre,

(...)