Football

L'introduction de l'arbitrage vidéo en Coupe du monde a conduit à vingt décisions. Le président de la fédération internationale de football (FIFA) Gianni Infantino estime que le jeu est devenu plus juste. À l'issue de la finale entre la France et la Croatie (4-2), tout le monde n'était cependant pas d'accord avec lui.

Alors que le tableau marquoir affichait le score de 1-1, l'arbitre argentin Néstor Pitana (1-1) n'a tout d'abord pas vu Ivan Perisic dévier la balle de la main sur un corner d'Antoine Griezmann. L'arbitrage vidéo lui a alors fait part de l'information et il a décidé d'observer la phase à la télévision. Après presque deux minutes, le referee a décidé de siffler un penalty en faveur de la France que Griezmann a ensuite converti. Cette situation a mené à de nombreuses discussions.

"Vous ne pouvez pas accorder ce penalty en finale de Coupe du monde", a regretté le sélectionneur national croate Zlatko Dalic. Il a ensuite été soutenu par l'analyste et ancien footballeur anglais Gary Lineker ainsi que par Yussuf Poulsen. "Les footballeurs doivent donc se couper les bras", a conclu l'international danois.