Football Anderlecht a trouvé le remplaçant de Sofiane Hanni.

Le Sporting d'Anderlecht a annoncé mardi soir le transfert définitif du médian offensif japonais Ryota Morioka en provenance de Waasland-Beveren. Morioka sera le premier Japonais à jouer pour le club bruxellois, où il a paraphé un contrat jusqu'en juin 2021.

Morioka était arrivé à Waasland-Beveren en juin 2017, en provenance du club polonais du Slask Wroclaw. Morioka a commencé sa carrière professionnelle au Vissel Kobe au Japon (2010-2016) avant de prendre la direction de la Pologne, où il marqua 15 fois en 53 rencontres.

International japonais à 4 reprises, Morioka a disputé 27 rencontres pour les 'Lions' depuis le début de saison, marquant 9 buts et délivrant 11 assists.

L'arrivée de Morioka pourrait provoquer, dans les prochaines heures, le départ de Sofiane Hanni, que plusieurs médias annoncent sur le départ.


Diplômé en ressources humaines et transfert record pour Waasland-Beveren

A Waasland-Beveren, le Japonais de 26 ans a enflammé les terrains. Voici qui est vraiment la nouvelle sensation de Pro League qui vient de signer à Anderlecht.

1. LE TRANSFERT RECORD POUR BEVEREN

Il y a un an, lorsque Waasland-Beveren a tâté le terrain pour la première fois auprès du Slask Wroclaw, Ryota Morioka coûtait 900.000 euros. Une année moindre plus tard, les Beverenois l’ont arraché contre 275.000 euros. Une bouchée de pain ? Oui mais aussi un record pour les Waeslandiens.

2. UNE MISE À PRIX À 10 MILLIONS

Son transfert sera rapidement rentabilisé. Le président Huyck a entendu qu’il pourrait en tirer 10 millions. "Et même à ce prix-là, je ne vends pas."

3. UN BLOGGER FAN DE POKÉMON GO

En arrivant en Europe, Morioka a lancé un blog sur lequel il décrivait sa vie en Pologne, ses découvertes culinaires, ses city-trips et ses chasses sur Pokémon Go.

4. UN DIPLÔME EN RESSOURCES HUMAINES

Le numéro 10 ne terminera pas sa carrière en ne sachant pas comment se reconvertir. Il a étudié les ressources humaines à l’université au Japon et a obtenu son diplôme. Il se dit volontiers curieux et compte profiter de sa présence en Belgique pour visiter l’Europe.

5. L’HYMNE NATIONAL JAPONAIS

Tradition oblige, Morioka a dû pousser la chansonnette à son arrivée. Son choix ? L’hymne de son pays, la main sur le cœur. Patriote, il rêve de la Coupe du Monde. Il a déjà participé à deux matchs du Japon.

6. DES SUSHIS AVEC KUBO ET KAWASHIMA

Avant la récente arrivée de sa femme et son fils (qui n’a pas 3 mois), il a trouvé un peu de réconfort auprès de Yuya Kubo (Gand) et Eiji Kawashima (Metz). Les trois Nippons se retrouvent une fois par semaine à Bruxelles pour y dévorer… des sushis.

7. UNE COMPARAISON AVEC STOICA ET VAZQUEZ

Interrogé par les médias néerlandophones, Philippe Clément a donné deux noms qu’il connaît bien pour résumer le style de son nouveau fer de lance : "Il y a du Alin Stoica et du Victor Vazquez en lui."

8. GOOGLE TRANSLATE POUR SE FAIRE COMPRENDRE

Trop timide et pas assez doué en anglais à son arrivée en Pologne, il s’est également heurté aux faiblesses linguistiques polonaises. Pour se faire comprendre, il demandait aux gens d’écrire ce qu’ils lui disaient et utilisait Google translate pour se faire comprendre.

9. DÉCOUVERT PAR HASARD, CONSEILLÉ PAR ZEWLAKOW

Waasland-Beveren a dégoté une pépite sans le vouloir. Les scouts du Freethiel étaient partis observer un défenseur central de l’équipe adverse et sont tombés sous le charme du Japonais. Ils ont tout de même passé un coup de fil à Michal Zewlakow, directeur technique du Legia Varsovie, pour être certains de leur coup.

10. GARDIEN JUSQU’À 11 ANS

Avant de s’inscrire en club, il évoluait au sein de son école. Personne ne voulait aller au but, il s’y est collé jusqu’à ses onze ans. Sa vista et sa technique, elles, se sont développées grâce à des heures passées au futsal.