Football

Le dernier suspense majeur du championnat, que les Liégeois veulent croire illusoire, devrait se dénouer ce soir à la Côte: en déplacement à Ostende, qui a abrégé l'espoir fou des Anderlechtois, le Standard y confirmera sûrement son retour, entériné déjà la saison dernière, parmi les trois grands de notre football. Deux points séparent le Standard du Racing Genk, son ultime contestataire. Deux points qu'on peut parfaitement imputer à la faiblesse du club limbourgeois contre le promu relégué ouest-flandrien. Les chiffres l'attestent: si le Standard, auteur d'un second tour presque aussi impressionnant que le parcours aller du nouveau champion brugeois, s'impose aujourd'hui comme le leader des matches retours, Genk est son dauphin: il le suit à deux unités. Mais le Racing aurait égalé le parcours du Standard s'il n'avait pas été accroché par Ostende, le 30 avril dernier! Le Standard ne peut pas flancher, ce soir. D'abord, parce qu'Ostende, déjà lanterne rouge à la trêve, est condamné, à l'instar de Mons. Ensuite parce ce Standard-là performant, équilibré et solidaire, recèle un nombre suffisant d'atouts pour, en s'imposant, égaler alors le total de points engrangés l'an dernier par Bruges, dauphin du champion anderlechtois. Le Standard ne peut même pas courir le risque de jouer son statut européen dans un test-match, toujours possible s'il concède un partage à la Côte et que, dans le même temps, Genk s'impose au Cercle de Bruges. Un autre suspense, secondaire, a trait au titre, toujours prisé, de meilleur buteur du Championnat. Jestrovic va-t-il succéder à Radzinski, dernier lauréat anderlechtois, en 2001? Sauf explosion offensive inattendue, le total du vainqueur risque fort d'être le plus faible depuis... Arnor Gudjohnsen, autre lauréat anderlechtois en 1987 avec dix-neuf buts.

© Les Sports 2005