Football

Les quarts de finale de la Ligue des champions de football, qui seront dominés par le choc entre le Bayern Munich, tenant du titre, et le Real Madrid, ne donneront lieu à aucun affrontement fratricide, qui pourraient être l’apanage des demi-finales..

A l’exception du quart entre les Grecs du Panathinaïkos Athènes et le FC Barcelone, où les Catalans partiront largement favoris, les trois autres rencontres s’annoncent très équilibrées, d’autant plus que l’avantage du terrain est rarement déterminant à ce stade de la compétition.

Pour essayer de conserver son bien, le Bayern va devoir poursuivre ses travaux d’Hercule entamés l’an dernier où il avait dû éliminer successivement Manchester United et le Real Madrid avant de dominer Valence en finale. Cette année, il retrouve les «Merengue» dès les quarts de finale, mais cette fois avec un retour à haut risque dans l’antre du Bernabeu. Il est vrai que lors de leurs six dernières confrontations, le Bayern s’est imposé à cinq reprises.

Mais, par rapport à l’an dernier, les données sont légèrement différentes. Les Bavarois sont en effet un peu à la peine dans leur championnat, où ils ne font pas preuve de leur autorité habituelle.

De son côté, le Real s’est considérablement renforcé avec l’arrivée de Zinédine Zidane et la victoire en Ligue des champions est presque impérative pour l’année de son centenaire, surtout après son échec en finale de la Coupe du Roi contre La Corogne.

Nouvelle dimension En demi-finale de cette onzième édition de la nouvelle formule de cette épreuve, le vainqueur du choc vedette devrait logiquement retrouver Barcelone, le vainqueur de la première édition.

Eliminé au même stade de la compétition l’an dernier par Leeds (0-3, 2-0), le Deportivo La Corogne retrouvera cette année un club anglais, Manchester United. Les Galiciens devront aller chercher leur qualification à Old Trafford. Mais, les hommes de Javier Irureta ont pris cette année une nouvelle dimension, leur jeu à une touche de balle déséquilibre les meilleures défenses, comme celle d’Arsenal à Highbury qui s’est inclinée à deux reprises (0-2) lors de la deuxième phase. Et comme la défense n’est pas le point fort de Manchester...

Enfin, Liverpool et Leverkusen, les deux équipes en forme du moment se retrouveront dans une double confrontation qui s’annonce aussi musclée qu’indécise. Les hommes de Gérard Houllier, qui l’an dernier ont remporté la Coupe de l’UEFA, la Cup et la Coupe de la Ligue, attendaient avec impatience le début de ces rencontres couperet.

Un duel fratricide, cette fois entre clubs milanais, a également été évité en demi-finales de la Coupe de l’UEFA. L’Inter, qui est allé arracher sa qualification à Valence, finaliste des deux dernières Ligues des champions, a tiré Feyenoord Rotterdam, a priori un adversaire moins redoutable et peut envisager la finale, même si la priorité est donnée au championnat. En revanche, Milan AC, distancé dans le Calcio, a au programme un difficile match retour à Dortmund contre le Borussia, qui a atomisé les Tchèques de Liberec (4-0).

L’UEFA devra cependant régler auparavant un problème d’intendance, les deux équipes milanaises ne pouvant évoluer le même jour, le 4 avril, sur la pelouse de San Siro.