Football

Le but annulé de Marc Wilmots face au Brésil à l'occasion des 1/8 de finales de la Coupe du Monde 2002 restera à jamais gravé comme l'une des pires injustices de notre football.

Plus de 12 ans après les faits, nos confrères de la Gazet van Antwerpen ont rendu visite au tristement célèbre Peter Prendergast, qui n'est autre que l'arbitre qui officiait en ce funeste 17 juin 2002. Le but injustement refusé à l'actuel entraîneur fédéral est bien évidemment revenu sur la tapis.

Et force est de constater que l'homme au petit sifflet n'a pas changé ses positions d'un iota. "Vous ne me ferez pas changer d'avis. Lors du duel, il y a une poussée de Wilmots sur Roque Junior. C'est peut-être une légère poussée, mais une poussée reste une poussée. Un arbitre européen aurait peut-être pris une autre décision, mais si le cas se représentait, je sifflerais une faute à nouveau."

Prendergast évoque également les propos de Willie après le match: "Il a affirmé que j'avais reconnu mon erreur, ce qui est totalement faux. Et je continue à penser que c'était ridicule de sa part. Si jamais j'ai l'occasion de le rencontrer, je n'aurais qu'une seule question à lui poser: 'Pourquoi avez-vous prétendu cela ?' De plus, les Belges évoquent tout le temps ce but annulé, mais vous ne parlez jamais des occasions manquées par votre pays. Néanmoins, je pense que ce jour-là la Belgique était plus forte que le Brésil."