Football Des prix abordables, sauf pour les hôtels, et la barrière de la langue : suivez le guide.

Après quatre jours passés à Moscou, on a désormais une meilleure idée de ce qui attend les supporters des Diables qui effectueront le déplacement cet été. Premier constat, qui a confirmé nos craintes : la barrière de la langue est très handicapante. Même dans des lieux très touristiques, les Russes parlent à peine quelques mots d’anglais… Voire aucun.

Dans certains restaurants, les cartes sont entièrement en russe. Heureusement, pour décrypter les menus ou se faire comprendre, il y a la technologie : certaines applications sont bluffantes et permettent d’avoir des conversations basiques (mais lentes) avec les locaux. Prévoyez un forfait avec un certain volume d’Internet mobile sur votre GSM, sans quoi l’addition peut devenir salée…

Dans les rues de Moscou, hormis un compteur non loin de la place Rouge, on ne pourrait pas deviner que la Coupe du Monde débarquera dans six mois. La fièvre du Mondial, ce sera pour plus tard. Mais ce qui est déjà bien présent, c’est la sécurité : il y a des portiques de détection de métaux un peu partout, dont à l’entrée des centres commerciaux.

Concernant le coût de la vie de touriste, les fans des Diables peuvent être rassurés : il est très raisonnable. Dans des restaurants locaux, il est possible de manger un repas complet pour moins de 10 euros. Dans les bars, un demi-litre de bière locale coûte environ 2,50 euros et une vodka, le même prix. En revanche, le prix du vin est exorbitant : généralement plus de 10 euros le verre, ou plus de 60 euros la bouteille, pour des vins bas de gamme…

Les supporters se réjouiront aussi du fait qu’ils pourront utiliser gratuitement le métro et le train, via le FAN Id accordé à tous les étrangers possédant un ticket de match. Ce qui les dispensera aussi des frais de visa.

L’inconnue concerne l’hébergement. La plupart des hôtels dans les villes de matches ont bloqué leur prix et leur système de réservation pour cette période. On craint donc une importante inflation pendant le Mondial. Les supporters devront trouver des moyens alternatifs, comme la location d’appartements, s’ils veulent se loger à des prix raisonnables.

L’Union belge a fait savoir qu’elle tenterait d’aider ses supporters mais, après le fiasco du Brésil, elle ne mettra plus en place de camping.