Football

Chaude ambiance et déjà des amendes pour jet de fumigènes en vue à l'occasion du coup d'envoi de la saison 2018-2019 du RSC Charleroi, qui accueillait l'Antwerp et son bouillant "spionkop" en avant-soirée dimanche au Mambourg. 

Avec pour objectif de réussir les mêmes débuts victorieux que le Standard (3-2 contre La Gantoise), Anderlecht (1-4 à Courtrai), Ostende (2-1 contre Mouscron) et Bruges (5-2 contre l'AS Eupen). Mais c'est l'Antwerp, également candidat au playoff I, qui a empoché les trois points grâce à un but signé Sambou Yatabaré à la 16e minute

Ce n'était sûrement pas le scénario imaginé par Felice Mazzu dont l'équipe a été menée à la marque peu après le quart d'heure.

Parfait Mandanda avait pourtant écarté la grosse frappe du gauche de Geoffry Hairemans, mais dans les pieds de Yatabaré qui n'a pas laissé passer l'aubaine (0-1, 16e).

Les Zèbres réagirent au quart de tour mais Sinan Bolat, tout de jaune vêtu, fut successivement sauvé par Dan Opare, qui repoussa sur la ligne une demi-volée de Cristian Benavente (18e), puis par sa transversale sur un tir à bout portant de Dorian Dessoleil (20e). Ce dernier s'est encore montré menaçant à la 24e, mais a conclu son action à côté.

Bolat faillit être trompé à la reprise par son équipier Dino Arslanagic dont il repoussa du crâne la malencontreuse déviation suite à un centre de Chris Bedia (48e).

Il était temps pour Mazzu de muscler son attaque pour sauver ce qui pouvait encore l'être, d'où les entrées au jeu de deux véritables buteurs, Kaveh Rezaei (à la place de Chris Bedia), et Jérémy Perbet (à la place de Gaëtan Hendrickx) à la 57e.

Bolat devait se jeter dans les pieds d'Amara Baby (67e). Les minutes s'écoulaient en faveur des visiteurs. Laszlo Boloni avait d'ailleurs le sourire, et ses voisins sur le banc également.

Charleroi, en manque flagrant de punch, n'est pas parvenu à remonter la pente, malgré une énorme occasion tout au bout du temps additionnel.

Un centre parfait de Baby permit en effet à Dessoleil de se retrouver nez-à-nez avec Bolat. Mais sa reprises de la tête fut tellement faible que le Turc s'en empara sans problème.

Le coup d'envoi du dernier match de cette première journée, Lokeren - Genk, a été donné à 20 heures au Daknam.

Les réactions

Parfait Mandanda (Charleroi)

"Dommage pour nous, on a eu plus d'occasions qu'eux, mais ils nous ont pressé et ont été plus réalistes. Après, je ne pense pas que nous soyons tombés dans leur piège car nous avons créé du jeu. Il nous a seulement manqué la concrétisation. Concernant ma partie, j'en suis satisfait dans l'ensemble et je continue de travailler de jour en jour pour aider l'équipe du mieux que je peux."

Jérémy Perbet (Charleroi)

"On est tombé sur une très belle équipe d'Anvers. En plus de gagner les duels, ils ont su jouer au ballon et se créer quelques occasions, leur victoire est méritée. Je n'ai pas eu l'occasion de faire la différence au vu du trop grand nombres de ballons dos au but que j'ai reçu, mais plus généralement, nous avons fait leur jeu en balançant loin devant au lieu de combiner sur les côtés et filer en un contre un."

Felice Mazzu (Charleroi)

"J'ai envie de retenir qu'on a produit du jeu en première mi-temps avec assez d'occasions pour marquer. On ne leur a pas laissé grand chose, sauf une occasion pour marquer hélas. Antwerp est une équipe avec de la qualité physique, qui ne produit pas forcément de jeu et défend bas, mais au final, c'est nous qui n'avons pas réussi à revenir. On a pris des risques avec ce système ultra offensif mais on a pas su trouver les combinaisons pour se présenter dans le rectangle. Je l'avais dit avant le match, mais le terrain sur lequel nous avons joué est toujours difficile à pratiquer et peut favoriser un jeu comme celui de l'Antwerp. Après je ne veux pas nous trouver d'excuses."

Faris Haroun (Antwerp)

"J'étais affecté au marquage de Benavente et je ne sais pas combien de kilomètres j'ai couru aujourd'hui, mais cela n'a pas d'importance quand on rapporte les trois points à la fin. Concernant notre jeu, certains diront que nous avons joué défensif, mais je trouve que nous avons eu de bonnes occasions en contre-attaque. Nos attaquants ont bien travaillé et nous ont permis de souffler par leur travail en avant. Arslanagic ? J'imagine qu'il devait avoir envie de marquer (rires), mais heureusement que nous avions Sinan derrière."

Laszlo Bölöni (Antwerp)

"C'est un vrai match de début de championnat qui aurait pu basculer dans les deux sens. Je le répète : on aurait pu le tuer, comme ils auraient pu égaliser mais si on gagne au final, c'est parce qu'on a l'énergie et la mentalité nécessaires pour défendre notre avantage."

REVIVEZ LA RENCONTRE