Football

Il s’est rappelé au bon souvenir de notre championnat à l’occasion de la dernière journée de la phase classique, à Mons. Déplacement qu’Ibou a choisi pour inscrire le premier but d’une saison passée entre le banc louvaniste et le Qatar, où il s’exila pour un court séjour.

Si, en temps normal, on pourrait qualifier sa saison de ratée, Ibou Sawaneh voit, comme OHL et Mons, les playoffs 3 comme un moyen de relever la tête. "Personnellement, je suis revenu trop tard pour bien comprendre les problèmes de mon équipe", explique le résident anversois. "L’important, c’est qu’aujourd’hui, tout le monde soit focalisé sur le maintien. Nous aussi, nous avons réalisé une sortie team-building, lors de laquelle j’ai perçu une ambiance excellente. Au cours des deux dernières semaines, j’ai noté beaucoup de choses positives. Le groupe est prêt pour les cinq finales qui s’annoncent."

"Les débats seront tactiques"

A Mons, on est convaincu d’avoir pris un ascendant psychologique en prenant le meilleur sur les Louvanistes il y a presque deux semaines. Qu’en est-il chez les Universitaires ? Ibou nuance : "Nous n’allons pas aborder les playoffs 3 comme le dernier match de la phase classique. Il y a deux semaines, il y avait encore un petit espoir de maintien direct et nous avions évolué à visière découverte. A partir de samedi, les débats seront davantage tactiques. Nous savons qu’en cas de défaite, notre avantage de trois points se muera en désavantage."

Tout en faisant l’éloge d’Ivan Leko, "qui a rendu confiance au groupe en prônant le dialogue", l’ancien attaquant de Mons essaie de minimiser l’impact de la très probable absence de Ruytinx lors de ce premier match des PO3 : "Depuis deux ans que je le côtoie, je ne l’ai jamais vu jouer sans vouloir gagner. J’ai beaucoup de respect pour sa personnalité. Ruytinx, c’est notre leader, notre buteur. Mais même sans lui, nous pouvons nous en sortir."

Pourtant, les statistiques de cette saison démontrent que sans Ruytinx, OHL n’a jamais pris le moindre point…