Football Le retour à la maison s’annonçait spécial pour Big Rom après sa sortie dans la presse sur le manque d’ambition d’Everton.

Une salve d’applaudissements. Voilà comment le public d’Everton a accueilli le nom de Romelu Lukaku une fois scandé par le speaker. Pourtant, le refus de parapher un nouveau (et lucratif) contrat, ainsi que les critiques émises à l’égard du club et de son manque d’ambition dans la presse auraient pu le rendre légèrement tricard à Goodison Park.

"Au lieu de vivre dans le passé, il faut penser à l’avenir. Everton a une grande histoire, mais le futur reste à écrire" , avait-il notamment déclaré . Un beau scud, balancé alors que l’attaquant venait de confirmer ne pas vouloir prolonger son contrat chez les Toffees.De l’ambition, Lukaku en a, le dit et surtout l’assume. Attendu au tournant, il a parfaitement répondu en étant une nouvelle fois décisif contre Hull City.Emprunté, parfois maladroit ou trop loin du but en première période, le Diable est sorti de sa boîte en seconde, multipliant les tentatives au but, notamment une grosse frappe passée au-dessus des cages d’Eldin Jakupovic.

De plus en plus à l’aise et en confiance, Lukaku a renversé le match en quinze minutes. D’abord à la 79e, en délivrant une passe décisive à Enner Valencia, sa sixième de la saison en Premier League. Ensuite en claquant un doublé dans les arrêts de jeu.

Ces deux buts tout en puissance lui permettent de devenir le quatrième joueur de l’histoire à passer le cap des 80 pions inscrits avant l’âge de vingt-quatre ans. Les autres ? Michael Owen, Wayne Rooney et Robbie Fowler. Sacré carré… Autre satisfaction personnelle, Lukaku dépasse également la barre symbolique des vingt buts, tout en prenant de l’avance sur Harry Kane, blessé à la cheville, au classement des meilleurs artificiers d’Angleterre.

Piqué au vif par les mots de son attaquant, Ronald Koeman l’avait pourtant confirmé dans le noyau. Un choix que le Néerlandais ne regrette évidemment pas. "Les fans l’adorent, tout le monde l’aime", a commenté le coach après la victoire. "Il peut être mis sous pression pendant 85 minutes, mais il reste concentré jusque dans les dernières secondes", a-t-il ajouté. La preuve avec ces deux pions tardifs, qui scellent un score un poil forcé de l’aveu même de Koeman.

Everton est désormais sixième, devant Manchester United, qui a deux matches de retard sur les Toffees. C’est toujours bien insuffisant pour espérer gratter un ticket pour la Ligue des Champions, l’objectif avoué de Lukaku. Un départ se profile donc de plus en plus, malgré un prix de vente qui s’annonce élevé.Pourtant, Koeman garde un maigre espoir de conserver son buteur. "Il faut de l’espoir dans la vie ! Bien sûr qu’on aimerait que nos meilleurs joueurs restent et on fera le maximum pour ça, mais la décision finale, ce sera à lui de la prendre." Et les derniers jours ont apporté plus qu’un faisceau d’indices sur ce que Lukaku attend de son avenir…

Cette prestation trois étoiles risque en tout cas de donner encore plus de regrets à Everton lorsque son Belge quittera le club.Cela faisait en effet plus de vingt ans que le club n’avait plus vu l’un de ses joueurs planter plus de vingt goals en championnat. À l’époque, un certain Gary Lineker avait marqué à trente reprises. Et si le grand Rom’ faisait tomber un autre record avant de partir ?

81 : En marquant deux fois contre Hull, Lukaku a dépassé la barre des 80 buts en Premier League, à 23 ans...