Football

La Commission des Litiges a visiblement été sensible aux arguments exposés, ce mardi après-midi, par Pierre Locht, le directeur juridique du Standard. 

La Commission a décidé de ne pas suspendre Ricardo Sa Pinto pour une rencontre suite à sa montée sur le terrain face à Lokeren, comme l'avait initialement demandé le Parquet de l'Union Belge. Le technicien portugais écope seulement d'une amende de 400 euros mais il pourra prendre place sur le banc, ce dimanche, à Anderlecht. L'entraîneur des gardiens, Ricardo Peireira, a également été blanchi. Dans ce dossier, le Standard avait exposé plusieurs autres exemples d'entraîneurs qui avaient exulté après un but (Felice Mazzù, Hein Vanhaezebrouck) mais n'avaient pas été sanctionnés par l'Union Belge.

Par contre, Rui Mota, l'entraîneur adjoint, sera bien suspendu pour le déplacement à Anderlecht. Il paye au prix fort une première exclusion de zone neutre lors du déplacement à Saint-Trond. Cela n'avait, à l'époque, pas porté à conséquence car aucun match n'avait été joué durant les dates de sa suspension. Mais cette exclusion figurait bien encore dans ce dossier.

Carlinhos sera également suspendu pour le Clasico. Le médian brésilien, exclu face à Lokeren suite à une réaction envers Tom De Sutter, est suspendu pour deux rencontres (dont une avec sursis). Il pourra donc bien prendre part au match face à Courtrai, organisé le 15 octobre prochain. Pierre Locht a, durant sa plaidoirie, exposé qu'il ne s'agissait pas d'un coup donné à l'attaquant de Lokeren car l'intégrité physique du joueur n'avait pas été mise en danger. De plus, Carlinhos n'a pas la réputation d'un joueur violent car il n'avait jamais reçu de carte rouge depuis le début de sa carrière professionnelle.

Le Standard a décidé d'accepter l'ensemble de ces sanctions. Ces dossiers sont clôturés.