Service minimum pour un match à oublier

Ch. B. Publié le - Mis à jour le

Football

ENVOYÉ SPÉCIAL EN ANDORRE CHRISTOPHE BERTI

ANDORRE: Koldo, Ayala, Lima, Fernandez, Jonas, Jimenez (75e Lucendo), Txema (66e Escura), Emiliano, Sonajee, Ruiz, Sanchez (8e Silva).

BELGIQUE: De Vlieger, De Cock, Simons, Valgaeren, Dheedene, Vanderhaeghe, Baseggio (82e Thys), Goor, Buffel, Sonck (90e Soetaers) et Van Houdt.

ARBITRE: M. Nalbandyan (Arménie).

AVERTISSEMENTS: Ruiz, Jonas.

LE BUT: 61e Sonck (0-1).

ANDORRE-LA-VIEILLE La lune était gibbeuse et le fond de l'air était frais. Le spectacle a préféré s'abstenir et rester au chaud à la maison, samedi soir, à Andorre... Si on voulait être narquois, on dirait qu'il a regardé le match à la télé mais ce n'est pas notre style. Pour leur deuxième rencontre dans le cadre des qualifications de l' Euro 2004, les Diables Rouges ont assuré l'essentiel face à l'équivalent d'une équipe moyenne de D 3 dans notre royaume, inscrivant un seul petit but et encore, de manière alambiquée. A la décharge des joueurs d'Aimé Anthuenis, on avouera que disputer une rencontre internationale à mille mètres d'altitude, dans un stade de provinciale (il y avait plus de spectateurs belges qui avaient fait le déplacement que d'autochtones!) et face à une telle formation, ça n'a pas beaucoup de sens pour faire progresser le football. Mais ceci n'explique évidemment pas tout.

Obligé de modifier son effectif en dernière minute vu la blessure à l'aine du grand Bob Peeters, Anthuenis a choisi de placer Van Houdt à droite plutôt que Soetaers devant, et on a donc retrouvé une attaque Sonck-Buffel-Van Houdt aussi jeune que manquant de taille. La première mi-temps fut tout simplement insipide. Avec, certes, un but qui semblait valable et qui a été annulé à Buffel pour hors-jeu et un envoi puissant de De Cock dévié sur le poteau. Et c'est à peu près tout, si ce n'est que Silva, le seul attaquant andorran, s'est retrouvé devant De Vlieger suite à une erreur de Valgaeren. Mais surpris, il a donné le cuir au gardien, comme pour respecter la morale de l'histoire...

Manquant de rythme et d'imagination, les Belges ont au moins continué à faire tourner le ballon et à passer par les flancs. A la reprise, Goor, de volée, puis Buffel, de la tête, ont titillé Koldo, le meilleur Andorran sur la pelouse, avant que le seul but de la partie ne tombe. 61e minute. Longue rentrée en touche de Valgaeren, Baseggio s'élève et dévie le cuir. Au moment où Sonck, de volée, l'envoie joliment dans les filets, l'arbitre arménien siffle et tout le monde reste pantois. Mais M. Nalbandyan fait mine de rien et se dirige vers le rond central, au grand soulagement de la délégation belge...

Buffel aura encore deux occasions, sur autant de centres de Van Houdt, de conforter le succès mais il manquera de réalisme. Et De Vlieger, lui, ne sera jamais sorti de sa torpeur. Point final d'un match à oublier. Il n'aura en tout cas pas apporté beaucoup d'indications avant le déplacement, plus difficile, en Estonie. Notons tout de même la bonne entrée en matière de Thomas Buffel, très actif et qui a visiblement quelque chose dans les pieds pour convaincre en équipe nationale. Mais entre les forfaits sur blessure et les retraites annoncées de l'équipe nationale, c'est environ dix joueurs expérimentés qui manquaient à l'appel. C'est beaucoup pour Anthuenis, qui ne récupérera peut-être personne pour le match à Tallinn.

`Il faudra de la patience avec cette jeune équipe´, martèle-t-il. Il a mille fois raison. Mais la patience et l'équipe nationale n'ont jamais fait bon ménage.

© Les Sports 2002

Ch. B.

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM