Football

Stijn Stijnen a sans doute vécu l’une de ses pires soirées sous le maillot des Diables Rouges samedi. Même s’il n’a pas fait un grand match, il peut difficilement être pointé du doigt comme responsable de la faillite défensive.

Le Brugeois était d’ailleurs l’un des seuls joueurs à dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. "Dans les vingt dernières minutes, la défense n’a pas fait ce qu’elle devait faire. Nous avons encaissé des buts beaucoup trop facilement, comme le deuxième : sur ce coup franc, le ballon ne devrait jamais arriver de la sorte dans les pieds de l’attaquant. Bien sûr, les forfaits de Kompany et Van Buyten ne nous étaient pas favorables. Cela n’explique pas les erreurs défensives. Mais ne comptez pas sur moi pour citer des noms ou pointer l’un ou l’autre du doigt "

Les discussions en interne risquent d’être chaudes mais nécessaires, après une telle faillite collective. Car les joueurs ont une grande part de responsabilité dans cet échec.

Stijnen en est conscient. "L’interruption ou les nombreux fans bosniaques ne peuvent pas servir d’excuses. En première période, nous avons mal joué. En fin de match aussi. Je reste pourtant persuadé qu’au complet, la Belgique est plus forte que la Bosnie."

Réaliste, le portier des Diables ne semblait toutefois plus du tout convaincu des chances de qualification des Diables pour le Mondial et il ne le cachait qu’à moitié.

"Je pourrai y croire de nouveau si nous gagnons en Bosnie et que l’Espagne fait un bon résultat face aux Turcs. C’est la seule solution pour retrouver des chances de qualification. Notre atout, c’est de rejouer dans trois jours. Si nous avions dû attendre trois mois, les conséquences pour notre moral auraient été encore bien pires "