Football

Philippe Leonard, Michel Renquin et Guy Hellers, trois anciens lauréats rouches de la Coupe, évoquent la finale de samedi.

Au lendemain de l’exploit à Ostende, l’ambiance à Sclessin est plutôt calme. Sur la pelouse, quelques pigeons prennent un malin plaisir à picorer les graines semées quelques heures plus tôt et des bribes de musique sont balancées dans les baffles. Pourtant, ce sont trois monstres sacrés du club qui, en tout début d’après-midi, garent leur voiture sur le parking de la tribune 1.

Guy Hellers arrive en premier. "Ce sont toujours ceux qui viennent de loin qui arrivent trop tôt", sourit-il.

Le Luxembourgeois est rapidement rejoint par Michel Renquin. Les deux hommes ont vécu trois saisons ensemble au Standard. L’envie est donc immédiate de demander des nouvelles. "J’entraîne l’équipe de Ciney. Il n’y a pas beaucoup d’argent mais on donne une chance aux jeunes", dit l’ancien Diable Rouge.

"Moi, je n’ai rien pour le moment", répond Hellers. "Au début, le métier d’entraîneur me manquait mais ce sentiment est passé aujourd’hui. Il y a d’autres choses dans la vie et notamment la famille."

Philippe Leonard est un petit peu en retard, mais il s’excuse par téléphone. "Comme d’habitude, hein", (...)