Football

Si le liquidateur annonce la fin des activités, les conséquences seront nombreuses.

1Les points pris par Mouscron seront annulés.

Tous les matches disputés par Mouscron seront annulés et les points pris à ces occasions soustraits (ci-dessous, vous trouverez ce classement encore virtuel avant la rencontre d’hier entre Malines et La Gantoise). Une équipe sera "bye" chaque week-end. L’Excel sera considéré comme le descendant direct et le 15e classé sera donc barragiste.

2Quel avenir pour les joueurs sous contrat ?

Ils ne sont pas automatiquement libres. Le liquidateur peut les libérer, il peut aussi leur proposer un contrat aux conditions minimales (un peu plus de 1000 euros, pas de primes) ou les obliger à honorer leur contrat tant qu’ils n’ont pas atteint trois mois sans être payés (il n’y a qu’un mois). S’ils sont libérés, ils pourront se lier à un autre club sans qu’il y ait un dédit à payer mais le liquidateur pourrait réclamer des indemnités de formation pour certains joueurs.

3Jouera-t-on ce soir ?

C’est l’incertitude. Le match des réserves d’hier a été remis mais, tant que le liquidateur n’a pas décidé de la fin des activités, l’Union Belge ne peut pas acter le forfait de Mouscron. Y aura-t-il suffisamment de Hurlus prêts à en découdre au Schiervelde ? Une demi-douzaine a accepté hier (Teklak, Maah, Lestienne entre autres) mais la situation pourrait évoluer après la nuit, après avoir réfléchi à l’indisponibilité d’Aspas et après avoir reçu les conseils du syndicat des joueurs.

Galjé a 33 joueurs sous contrat mais il ne pourra pas puiser chez les juniors qui n’ont pas de licence en ordre à l’UB. Quant à Roulers, il semble ne pas avoir d’autres choix que de se présenter. Mais avec quelle équipe et pour jouer le jeu ?

4Que va-t-il advenir des jeunes du club ?

Le liquidateur a aussi les pleins pouvoirs car l’UB ne peut pas, comme elle l’a envisagé, créer un matricule provisoire pour leur permettre de boucler la saison. Comme les jeunes sont sous la coupole d’une ASBL séparée, le liquidateur pourrait les laisser continuer s’ils arrivent à supporter les frais de leurs activités. Si la ville, l’IEG et d’autres parties y mettent du sien au niveau des terrains, des locations de bus, etc. cela paraît possible.

5Comment va réagir Belgacom TV ?

Contrairement à ce qui était le cas lors du premier contrat signé avec Belgacom, celui en cours prévoit le versement de 80 % des droits TV en début de saison et de 20 % en fin de saison. Théoriquement, Belgacom TV peut réclamer 1/16e de ces 20 % (soit près de 550 000 euros) à la Ligue Pro et l’Excel pourrait devoir rembourser une partie des 80 % déjà touchés. Belgacom pourrait s’estimer encore davantage lésé puisqu’il ne programmera plus que sept matchs par week-end.

6Quel avenir à moyen terme pour le club ?

L’avenir en D1, sauf décision contraire du liquidateur, est bouché. Plusieurs solutions s’offrent à l’Excel dont celle de reconstruire un nouveau club en P4 avec un nouveau matricule. Il pourrait aussi repartir sous le matricule, par exemple, de Peruwelz en association son nom et en donnant son stade à ce nouveau club. Et il pourrait envisager un gros rassemblement avec Tournai pour un grand club de Wallonie-Picarde mais on est loin du compte. Le club, qui n’a pas de dettes fédérales, pourrait aussi repartir en promotion avec son matricule s’il effectue une cession de patrimoine.