Football Thomas Meunier fait beaucoup parler de lui dans l'Hexagone grâce à ses performances au Paris Saint-Germain. 

Le Belge a été interviewé par le quotidien L'Equipe dimanche dernier à Tubize entre les deux rencontres internationales.

L'occasion de présenter son profil atypique et d'évoquer plusieurs sujets et notamment l'art. Le Diable rouge qui a suivi une filière artistique dessinait avant son arrivée à Paris. Le latéral des Diables "adore" René Magritte et Dali. "Dali car c'est l'artiste qui me vient le premier à l'esprit, celui que j'apprécie le plus. Son côté décalé, un peu cinglé. Un peintre, un chanteur, un artiste doit avoir de la folie. Une part de folie et une part d'intellect. Et le mélange des deux, ça donne les très, très grands artistes. Mais mes choix sont éclectiques. J'ai évidemment étudié les peintres flamands et j'apprécie aussi Rubens, par exemple."

Meunier évoque également dans cet entretien le surréalisme de son parcours. "Je me rappelle tous les jours mes années d'enfance, quand j'avais 16 ans et très peu de chances de devenir joueur pro, peut-être 2 %. À cet âge, certains commencent déjà à percer en club. Moi, j'étais avec mes potes à l'école, à Bastogne, où je suis né. J'allais au cinéma le vendredi. Je sortais le samedi. Ce qui est assez surréaliste aussi, c'est que je suis devenu joueur professionnel grâce à YouTube. J'ai marqué des buts quand je jouais à Virton qui ont fait le tour du monde grâce à cette plateforme, qui ont été vus des milliers de fois et les gens se sont intéressés à moi comme ça. Je suis redevable à YouTube du fait d'être monté en D1 et d'être devenu professionnel."

Le Diable aime aussi la BD puisqu'il affirme avoir grandi avec Tintin, Gaston Lagaffe et les Schtroumpfs mais aussi la musique. "Je suis très éclectique: j'écoute du rock, du métal, du rap, du classique."