Football

Malgré un penalty raté, Anderlecht rentre de Bruges avec un point flatteur (1-1). Un nul décisif, qui assure quasiment le titre aux Mauves, avant les deux dernières journées de PO1.

Dimanche soir au Jan Breydelstadion, c’est Anderlecht qui a gagné le Topper. Pas sur le terrain mais dans la tête. Dominé pendant pratiquement toute la rencontre par un Club brugeois enthousiaste, le Sporting a réussi à tenir le point du match nul, presque miraculeusement.

Ce sera assurément un sacré boost mental pour des Bruxellois qui finissent ces play-offs sur les rotules, à l’image du duo Tielemans-Dendoncker totalement dominés physiquement dans l’entrejeu. Même si la pression est toujours sur leurs épaules, ils sont les seuls à avoir encore leur sort entre les mains avant les deux dernières journées de play-offs au scénario palpitant.

Les Brugeois n’ont pas conclu

Une victoire, jeudi à Charleroi ou dimanche contre Ostende, et Anderlecht pourra sortir le champagne, resté au frais hier soir. Même si Bruges gagne ses deux derniers matchs (jeudi à Ostende et dimanche contre La Gantoise), deux nuls suffiront même puisqu’en cas d’égalité, c’est le vainqueur de la phase classique, le RSCA donc, qui reçoit un avantage décisif.

Même s’ils sont passés tout près du hold-up (et donc du titre) avant que Tielemans ne loupe son penalty, en seconde période après une faute d’Engels sur Acheampong, les Bruxellois sont sortis de ce Topper avec le sentiment du devoir accompli.

Les regrets, c’est à Bruges qu’on les trouvera. Bien meilleurs, les hommes de Michel Preud’homme ont été trop brouillons dans le dernier geste. Seul le coup franc de Vormer peu après la demi-heure de jeu était vraiment réussi. Mais il n’était là que pour répondre à un autre coup franc, astucieusement envoyé au fond par Hanni en tout début de rencontre.

Il y avait pourtant largement la place de battre des Anderlechtois très nerveux et parfois fébriles. Comme contre Zulte Waregem le week-end passé, les Mauves ont joué avec la peur au ventre. Le poids des deux années vierges de titre pèse de plus en plus lourd dans les couloirs du stade Constant Vanden Stock…