Football

Quelques jours après avoir retrouvé Jan Ceulemans, son «footballeur du siècle», le Club Brugeois a perdu une de ses figures emblématiques: Timmy Simons, son capitaine, a paraphé le contrat de quatre ans, très avantageux, proposé par le PSV. «Je n'étais pas résolu à quitter Bruges, un club qui m'a aidé à grandir et dans lequel je me suis toujours épanoui», affirme, le médian polyvalent, pierre angulaire du champion de Belgique. «Mais l'offre du PSV était de celles qui ne se refusent pas. J'ai joué franc jeu dès le début en avouant aux dirigeants du Club que cette sollicitation me flattait énormément. J'ai toujours considéré le PSV comme un club très agréable, à l'image du Club de Bruges. Les joueurs belges qui, avant moi, s'y étaient produits, m'ont également vanté l'ambiance du Philipsstadion.»

Très convoité en fin de saison dernière, Timmy Simons ne regrette pas que Bruges ait opposé une fin de non-recevoir à son transfert vers Feyenoord: «Je gravis encore un échelon en optant pour le PSV. L'ambition du club hollandais est la même que la mienne: jouer au plus haut niveau sur le plan européen. Autre avantage qui a pesé dans la balance: ce transfert ne me contraint pas à me déraciner. J'irai m'établir à proximité du stade mais je ne délocaliserai pas mes attaches: ma famille demeurera domiciliée dans le Brabant flamand.» Les deux parties se sont accordées après que le Club ait longtemps refusé de transiger sur le montant du transfert: cinq millions d'€. Le PSV n'en proposait que la moitié.

Le PSV a souvent recruté en Belgique. L'attaquant limbourgeois Johan Devrindt, Tom Van Mol, Gilles De Bilde, Davy Oyen mais aussi Luc Nilis, considéré en interne comme un des meilleurs éléments que le club hollandais n'ait jamais alignés, Eric Gerets, qui remporta avec lui la Coupe d'Europe des Clubs champions et qui devint ensuite son entraîneur, mais aussi... Marc Degryse ont quelque temps porté le maillot du PSV. Timmy Simons entend s'inscrire dans cette riche lignée. Il excipera, là aussi, de sa polyvalence pour affermir plus aisément encore son statut de titulaire, substitut naturel de Vogel: «Je n'ai... toujours pas de position préférée, a-t-il répété. Je peux évoluer, indifféremment, au centre de l'entrejeu ou dans l'axe défensif.» Le Club de Bruges perd en Timmy Simons son... cinquième champion, après Cornelis, Van Der Heyden, Rozehnal et Ceh, sans parler de son entraîneur Trond Sollied. Il va, inévitablement, changer de style, s'engager dans une autre ère. Avec Valgaeren, Leko et Dufer, sans parler de Klukowski et d'Ishiaku, le Club pense avoir compensé cet exode inattendu. Mais jamais encore dans son histoire récente, il n'avait subi pareille ponction.

© Les Sports 2005