Football

Record égalé ! Pas celui des buts inscrits, pas davantage celui des penaltys sifflés, ni même celui des joueurs utilisés. Cette fois, il s'agit, en effet, du record des joueurs qui se sont vu brandir un carton rouge. Record égalé pour la quatrième fois, puisque par quatre fois déjà, ce triste total avait été atteint dans la même journée de championnat. On imagine que ce florilège de cartons rouges exhibés va alimenter les conversations. Toutes les fautes commises méritaient-elles, par exemple, une sanction, voire une sanction si sévère ? A l'examen des images, nous nous permettrons d'écrire que les hommes en noir, ce week-end, ne se sont pas trompés dans leurs jugements. A chaque fois, ils n'ont fait qu'appliquer le règlement, ce règlement qui demande de sanctionner avec sévérité tout tacle exécuté les deux pieds en avant, que l'adversaire soit, oui ou non, touché lors de cette attaque interdite. L'intention dans ce cas a valeur de punition et c'est la raison à laquelle sont manifestement arrivés tous les arbitres qui ont vu rouge. Nous n'allons donc pas les taxer d'excès de sévérité alors que le grand public, en Belgique comme partout ailleurs dans le monde, se dit lassé de ces fautes gratuites qui, sur un terrain, nuisent à la qualité du spectacle. Il est au contraire temps de se dire que si les arbitres sont véritablement scrupuleux de la stricte application du règlement, la plupart des rencontres, désormais, ne se termineront plus à onze contre onze et comptabiliseront leur lot de penaltys. Et pourquoi ce phénomène, s'il se développe, serait-il dérangeant ? On veut plus de clarté, moins de violence, moins de coups... chinois, alors laissons les arbitres agir et démontrer de la sorte aux joueurs qu'ils ne seront plus les seuls à faire la loi sur le terrain. C'est le prix à payer pour que les mentalités changent. Ce week-end, ce prix avait donc valeur de dix cartons rouges. Et n'en déplaise à Johan Vermeersch, le bon exemple, cette fois, ce n'est pas lui qui l'a montré, pas davantage que Jacky Mathijssen, tous les deux ayant mérité de recevoir, eux aussi, la carte rouge ! Heureusement, lors de ce week-end chahuté, le sport a quand même pu rougir de plaisir en assistant aux exploits de Charleroi et du FC Brussels, revenus à égalité au score alors qu'ils évoluaient en infériorité numérique et en déplacement. Comme quoi quand une colère rouge se mue en rage de vaincre, elle n'est pas synonyme d'exclusion. Espérons que cette vérité se prolongera dimanche soir avec le grand classique Standard-Anderlecht. Quand on sait que Sclessin adore voir... rouge !