Football Le Portugais aurait changé d’avis et pourrait rester au Real.

Une semaine après avoir affirmé, d’après A Bola, qu’il souhaitait "quitter le Real Madrid" et qu’il s’agissait d’une "décision irréversible", Cristiano Ronaldo n’est visiblement plus si sûr de son fait. À en croire le quotidien espagnol AS qui en a fait sa Une ce jeudi, "Cristiano a changé d’avis".

Comment expliquer un tel revirement de situation ? Notamment par la sortie de Florentino Pérez dans sa tournée médiatique qui a suivi sa réélection.

Alors que beaucoup en Espagne voyaient dans la prise de position de Ronaldo une manière de mettre la pression sur son employeur pour que celui-ci s’acquitte de la somme que lui réclame le fisc espagnol soit 14,7 millions d’euros, pour un joueur qui l’an passé affichait 87,5 millions de revenus, le président du Real s’est dit dans le quotidien ABC "persuadé que ce n’est pas la demande de Cristiano", avant de préciser sa pensée au micro de la radio Onda Cero : "Cristiano n’est pas un homme qui court après l’argent, il est blessé et il se peut qu’il ait raison, parce qu’il n’a pas essayé de faire mal à quelqu’un."

Ses paroles ont visiblement produit leur effet sur le Portugais qui avait déjà procédé à cette sorte de chantage affectif au moment de négocier son avant-dernière prolongation en 2012. La prise de température du marché a peut-être achevé de le convaincre.

Les clubs susceptibles de s’offrir ses services se comptent sur les doigts d’une main. Parmi eux, le Bayern Munich, mais qui a démenti toute forme d’intérêt.

Manchester United n’ira pas plus loin non plus, Mourinho se montrant réfractaire au retour d’un joueur avec qui ses rapports s’étaient accessoirement dégradés à Madrid.

Ne resterait que le Paris SG qui, selon L’Équipe, reste attentif à la situation, mais qui n’a pas non plus envie de se retrouver utilisé, comme l’an passé lorsque le clan Neymar s’était servi de l’intérêt parisien pour faire monter les enchères lors des négociations de prolongation du joueur…