Trois buts, trois cartes rouges et 11 points !

J.G. Publié le - Mis à jour le

Football

Décidément, le rôle de l’homme en noir - qui, pour la circonstance, était en jaune - est parfois cruellement déterminant dans un match de foot. Ce fut le cas ce samedi lors du sommet entre Bruges et Anderlecht, sommet dont, bien malgré lui, l’arbitre De Bleeckere, a été l’homme du match.

Ses décisions dont, certaines, assurément contestables, ont pesé lourd sur un résultat qui a fini par tourner à l’avantage des Brugeois. Ceux-ci ont désormais onze points d’avance sur leur adversaire du jour, un trou certes important, mais peut-être pas décisif, car la saison est encore longue. Bruges, jusqu’ici, a mangé son pain blanc et devra se rendre, lors du deuxième tour, à Genk, Lokeren et…au parc Astrid où on l’attendra assurément de pied ferme.

Charleroi et La Louvière ont partagé l'enjeu 1-1 lors du duel entre les frères hennuyers. Mouscron et Beveren ont fait match nul 0-0. Quant à l'Antwerp, il s'est fait battre 1-2 par Westerlo. Au classement général, Mouscron est 8ème avec 20 points, Anvers, 9ème, compte 18 points, La Louvière 12ème, totalise 17 points, Beveren 15ème, a 14 points. Charleroi, toujours dernier compte 6 points.

Car Anderlecht aura sans doute l’impression d’avoir raté le coche à l’Olympia Park, voire même d’avoir été carrément piégé par un arbitrage parfois difficile à suivre. En réalité, tout a dérapé dès le premier carton rouge décerné par M. De Bleeckere au défenseur brugeois, Birger Maertens. Celui-ci méritait-il ce troisième carton en trois match ou payait-il une mauvaise réputation, tout en étant victime d’un geste théâtral de Jestrovic ? On plaide pour la seconde interprétation. Juste avant la fin de la mi-temps, Crasson, d’une tête remarquable, donnait l’avance aux siens. A ce moment-là, le spectateur neutre avait l’impression que les Anderlechtois étaient bien payés et qu’au repos, conscient peut-être de s’être un peu précipité, l’arbitre ne leur ferait aucun cadeau par la suite.

Ce fut ainsi que les choses se déroulèrent. D’intense, le match devint déplaisant. A force de simuler à tort et à travers, les joueurs ont à ce point compliqué la tâche de l’arbitre que celui-ci prend, parfois, de mauvaises décisions. De Boeck dut filer à son tour aux vestiaires, puis Jestrovic, moins simulateur que lors de la faute de Maertens, hérita à son tour du carton rouge. A 10 contre 11 à la fin de la première période, Bruges était désormais à 10 contre…9 et le leader du championnat profita, pleinement, de cette supériorité numérique. De Cock d’un superbe tir tendu, puis Clément à la suite d’une belle combinaison ont renversé la tendance, donnant la victoire à leurs couleurs. Mais on ne saura jamais quel aurait été le résultat de cette rencontre, si M. De Bleeckere n’y avait pas joué un rôle aussi déterminant…

J.G.