Football

«J'ai encore

du travail»

BRUGES Prélude à la signature officielle, une poignée de main a entériné, samedi avant le coup d'envoi, l'accord entre la direction du Club et son entraîneur norvégien. Trond Sollied s'est donc ancré à Bruges pour les trois prochaines saisons: «Je n'ai pas choisi l'argent (NdlR: même si un quotidien norvégien fait état d'une rémunération annuelle d'1.200.000 €). Je veux poursuivre un travail que j'estime n'avoir pas encore achevé: je n'ai pas exploité tout le potentiel de ce groupe.» Cette confirmation a-t- elle motivé ses joueurs? «Elle a peut-être... contrarié ceux qui ne jouent pas régulièrement, a souri Gert Verheyen. Elle n'a, en revanche, pas influencé le comportement des autres.»

Gaëtan Englebert, que Trond Sollied a finalement imité, se révélait plus enthousiaste: «En gardant l'entraîneur, le Club a confirmé le signal très clair qu'il m'avait déjà donné: il veut grandir encore! Il le peut car la troisième saison de l' ère Sollied est également la meilleure. Idéalement, Bruges devrait conserver Simons. Pour moi, Timmy est devenu plus qu'un copain: nous nous fréquentons en dehors du terrain. J'ai bien peur que nous le perdions: il veut, vraiment, partir à Schalke! Personne ne lui en tiendra rigueur: il est légitime qu'il veuille progresser à la fois sportivement et financièrement. Mais il fera cela avec élégance.»

© Les Sports 2003