Football

LIERRE Le Sporting reste invaincu au bout de la sixième journée du championnat et poursuit donc son bon parcours tandis que la défense carolorégienne a confirmé sa solidité au prix d'une excellente organisation de l'équipe entière. On relèvera d'ailleurs que celle-ci a disputé quatre matches sans concéder le moindre but, ce qui n'est pas une mince performance. On n'a cependant pas passé une soirée très folichonne, samedi au Lisp où il ne fut guère question de spectacle. La rencontre s'avéra fermée; d'une part, parce que les Lierrois se montrèrent incapables de débloquer la situation face à des adversaires qui coupèrent absolument tous les angles, d'autre part, les Carolos ne s'enhardirent jamais et se contentèrent donc du strict minimum. On ajoutera que le rythme du jeu resta trop peu élevé et que le football développé par les deux formations engendra trop de déchets eu égard à un niveau technique peu élevé. Les actions intéressantes furent donc rares avec, principalement en première mi-temps, des tentatives trop timides de Cruz ainsi qu'une reprise non cadrée de Tohoua et en deuxième mi-temps (un tantinet plus animée), une réelle opportunité pour Orlando à la suite d'une ouverture de Kraouche ainsi qu'une reprise de la tête de Couto que Laquait écarta d'une claquette. Mais il faut convenir que les Zèbres eurent le mérite de rester maîtres de leur sujet alors qu'ils évoluèrent en infériorité numérique pendant une demi-heure. Jamais, les Lierrois ne parvinrent à déjouer le système bien mis au point par leurs visiteurs qui ne souffrirent même pas de l'exclusion dont Reina fit l'objet.

«Nous avons confirmé notre organisation... habituelle», commenta un Jacky Mathijssen un peu farceur. «Que je sache, nous devons accorder la priorité à cette discipline car nous ne sommes pas nécessairement des forts en tête de ce championnat et nous devons composer avec nos moyens. En outre, j'ai le sentiment que nous aurions pu faire mieux encore si nous étions restés à onze contre onze. Un match de ce genre peut souvent se décider dans les vingt dernières minutes et nous étions enclins à tenter une manoeuvre, d'autant que nous étions supérieurs dans l'entrejeu où nos hôtes ont tenté de nous confiner. Nous aurions dès lors pu hausser le ton au départ de cette emprise avec notamment des initiatives de Grégory Christ. Mais les événements nous ont contraints à assurer le résultat car l'exclusion de Loris Reina a changé le contexte.»

Paul Put admit pour sa part que ses Lierrois n'avaient pas fourni le match souhaité pour contrecarrer la bonne organisation carolorégienne.

© Les Sports 2005