Un match nul logique mais frustrant pour les Diables Rouges (1-1)

Aurélie Herman Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Football Après la belle victoire au pays de Galles vendredi dernier, les Diables rouges arrivaient gonflés d'ambition à Bruxelles. Forts de leur première place dans le groupe A, les Belges ne craignaient pas cette équipe de Croatie, malgré un parcours plus que convaincant à l'Euro. Après tout, Luka Modric et ses amis n'avaient-ils pas eu toutes les peines du monde à battre la modeste Macédoine à Zagreb ? La confiance était donc bel et bien du côté de la Belgique au moment d'accueillir un des gros morceaux du groupe.

Pour illustrer cette envie d'aller de l'avant, Marc Wilmots titularisait d'entrée de jeu Christian Benteke. Le nouveau joueur d'Aston Villa prenait donc la place de Kevin Mirallas. Surprise, un cran plus bas, Marouane Fellaini, fatigué, débutait sur le banc. Steven Defour était sélectionné au poste de demi-défensif. L'ancien Standardman était donc chargé de museler Luka Modric, le stratège de l'équipe à damiers.

Les Diables cueillis à froid

A la 4e minute, Axel Witsel oblige Stipe Pletikosa à se détendre sur une belle frappe au ras du sol. Ça commence bien pour les Diables qui veulent directement mettre la tête de leurs adversaires sous l'eau. Après quelques minutes durant lesquelles les deux équipes se jaugent, ces derniers calment directement le public du stade Roi Baudouin. Mandzukic déboule sur le flanc droit avant de centrer dans le rectangle. Vincent Kompany repousse le ballon du bout du pied. Juste de quoi livrer un assist parfait pour... Ivan Perisic, totalement esseulé dans la surface. L'ancien attaquant du Club de Bruges ne se prive pas pour crucifier Courtois. A la 6e minute, c'est déjà 0-1, et le bel enthousiasme né à Cardiff semble déjà douché...

Mais c'est sans compter sur le fighting spirit des ouailles de Willy. Cette envie de tout donner et de ne jamais baisser les bras, le Taureau de Dongelberg l'a transmis à ses joueurs. Sept minutes plus tard, Benteke a par deux fois l'occasion de ramener le score à égalité. Las, malgré des centres de Jan Vertonghen et Moussa Dembélé, le nouvel attaquant d'Aston Villa manque de tranchant pour battre le portier croate. Rebelote à la 35e minute: Benteke ne profite pas du beau travail d'Eden Hazard (qui cette fois, n'a pas raté sa talonnade) en manquant son contrôle de balle. Sept minutes plus tard, le n°9 des Diables manquait une nouvelle fois le cadre en dévissant sa frappe à 20 mètres du but.

À la fin de la première période, les Diables font le siège devant la surface croate. Mais rien n'y fait, la défense d'Igor Stimac tient le coup. Un véritable mur de béton, impossible à ébrécher. Les Belges s'apprêtent à rentrer au vestiaire avec la tête basse... et une possession de balle largement en leur faveur (62%) ! Frustrant. Ce scénario, un joueur refuse de le voir se réaliser. Un joueur décrié depuis de nombreux mois, qui a décidé de se transformer en sauveur de la nation. Dans le temps additionnel, Guillaume Gillet profite d'une mauvaise relance de la défense croate sur un corner pour armer une frappe surpuissante qui ne laisse aucune chance au gardien. Cette fameuse muraille n'était donc pas indestructible. Il fallait juste un énorme boulet de démolition pour en venir à bout

Dominer n'est pas gagner

En 2e mi-temps, ce sont les Diables qui se montrent les plus entreprenants. A la 54e, Witsel effectue un numéro dont il a le secret sur le flanc gauche. Il prend tout le monde de vitesse avant de servir Christian Benteke dans le rectangle. Pletikosa sort mal et l'avant belge n'a plus qu'à tirer en force pour faire le break. Mais son tir manque de puissance et Simunic dévie. Caramba, encore raté pour l'ancien Genkois.

Physiquement, ça devient difficile pour les Croates une fois l'heure de jeu atteinte. Mais ils tiennent bon. De leur côté, les Diables continuent de pousser. Mais personne parvient à faire mouche. Ni Gillet sur un beau centre de Defour à la 62e, ni Benteke (encore lui !), pourtant parfaitement lancé par Kevin De Bruyne à la 73e. A 3 minutes du terme, Kevin Mirallas, rentré à la place de Dembélé,est à 2 crampons d'offrir les 3 points à la Belgique. Sur un centre de De Bruyne, il manque le cadre d'un cheveu.

La rencontre est sur le point de se terminer, mais Vida décide de faire une dernière frayeur aux Belges. Sur un corner de Modric, il rate de peu sa tête et ne peut transformer le stade Roi Baudouin en véritable mouroir. Heureusement pour Mertens, Hazard et les autres, le ballon passe juste à côté du cadre. Un partout, score final, un résultat qui reflète bien le manque de réalisme dont ont fait preuve les Diables tout au long du match. Une kyrielle d'occasions, un seul but, qui plus est inscrit par un défenseur, c'est peu. Trop peu lorsqu'on prétend venir à bout d'une équipe comme la Croatie. Deux points de perdus ou un point de gagné selon les versions, les Diables se retrouvent 2e de leur groupe, à égalité de points avec la Serbie. Des Serbes qui eux, n'ont pas fait dans la dentelle face au pays de Galles: 6-1.

Le 11 octobre contre la Serbie, la principale mission de Marc Wilmots et ses hommes sera de mettre les occasions au fond des cages adverses. Et si possible d'éviter que les défenseurs soient les seuls buteurs de l'équipe...

Publicité clickBoxBanner