Football

A quelle équipe nationale Aimé Anthuenis va-t-il confier la responsabilité de lancer l'«opération de la dernière chance»? Hier, à l'heure du déjeuner, le coach fédéral l'ignorait encore: «Je ne masque pas ma formation de départ pour brouiller les pistes. Ce serait une mesure futile. Même si je la dévoilais une heure et demie avant le coup d'envoi, Jestrovic aurait encore tout le temps de tuyauter son coach. Si je ne l'ai pas révélée aux joueurs et si je ne la divulgue pas à la presse, c'est parce que j'hésite encore...»

La nuit de lundi à mardi a manifestement porté conseil. Elle l'a fait, surtout, parce que les enseignements de l'entraînement du lendemain ont confirmé les hésitations de la veille: «On apprend parfois davantage d'une séance peu satisfaisante que d'un entraînement qui a coulé de source», observait Anthuenis.

Le coach fédéral a étayé sa réflexion: «J'ai pensé un moment associer Sonck, Buffel et Pieroni ou Huysegems dans le secteur offensif. J'ai renoncé car je courais le risque de composer une ligne médiane un peu trop «tendre ». Or, pour cette rencontre peut-être capitale, j'ai besoin d'articuler mon équipe autour d'un entrejeu costaud, puissant, compact et récupérateur. Car ce qu'on ne pourra pas obtenir par la technique on devra l'arracher par le physique: on devra se montrer très convaincus dans les duels.»

Pieroni, la victime?

Luigi Pieroni sera-t-il la «victime» de cette réflexion?

De l'avis du staff technique, l'Auxerrois n'a pas bien plaidé sa cause, mardi matin, comme attaquant de pointe. Derrière lui, l'entrejeu s'est également révélé trop friable. Conséquence: «Plusieurs solutions sont possibles, avançait Aimé Anthuenis: Pieroni et Sonck pourraient par exemple être associés devant et Buffel faire les frais de la constitution de ce duo. De quel avantage peut arguer Pieroni? Il marque facilement...»

En réalité, il semble plutôt qu'Aimé Anthuenis s'orientera vers une ligne médiane composée de cinq éléments dont un surtout - Buffel - décrocherait offensivement pour officier comme second attaquant derrière Sonck. Baseggio l'assisterait dans cette tâche. Clement assumerait son rôle habituel de médian défensif, aidé par Bisconti sur l'aile droite. A gauche, bien que le coach fédéral insiste: «Je dispose de quatre éléments pour deux places.»

Van der Heyden devrait arpenter le flanc, de préférence à Van Damme. «Ce qui m'a surtout frappé ces jours-ci, c'est le manque de confiance de nombreux Diables. Non pas sur le plan collectif, mais sur le plan individuel, a encore insisté Aimé Anthuenis, à plus d'une reprise. C'est dû au fait que certains jouent relativement peu, qu'ils manquent de condition ou qu'ils recherchent leur forme optimale.» Ce n'est manifestement pas le cas des Brugeois. Et ceux-ci devraient se retrouver en nombre sur la pelouse...

Belgique: Proto, De Cock, Kompany, Simons, Deschacht, Bisconti, Clement, Baseggio, Van der Heyden ou Van Damme, Buffel, Sonck.

Anthuenis n'a pas donné son équipe. Les forfaits des Mpenza ont chamboulé ses plans. L'Union belge demande aux supporters qui vont assister au match de se vêtir de rouge.

Serbie-et-Monténégro: Jevric, Dragutinovic, Vidic, Mladenovic, Gavrancic, Markovic, Djordjevic, Stankovic, Koroman, Vukic, Milosevic.

Petkovic promet du football offensif, mais n'a pas communiqué son équipe. Il craint un excès de confiance de ses joueurs, qui sont au courant de la situation délicate des Diables Rouges.

Arbitre: M. Frodjdfeldt (Suè).

Match: Me. 20h15. Direct sur Club RTL.

© Les Sports 2004