Football

SAINT-TROND Un point sur six en championnat et une défaite en Coupe de Belgique: jusqu'à présent, 2006 ne répond pas aux attentes du côté de Sclessin.

Les Rouches ont beau évoquer l'état du terrain ou la sévérité de l'arbitre, ils ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes s'ils n'ont pas réussi à obtenir mieux qu'un partage blanc à Saint-Trond, pourtant avant-dernier au classement, et si, du coup, ils n'ont pas pu distancer plus nettement Anderlecht.

S'ils s'étaient montrés un peu plus réalistes face à des Canaris repliés et bien organisés, les Standardmen se seraient rassurés bien avant la 69e et l'exclusion de Kovalenko, préféré à Tchite au coup d'envoi.

Car, après la belle parade de Runje devant Stolica dès la 5e minute, les seules occasions dangereuses ont été rouches samedi soir. Surtout sur phase arrêtée. A la 16e, Sarr aurait dû ouvrir le score sur un excellent coup franc de Rapaic mais la tête du défenseur sénégalais aligné à droite en l'absence de Deflandre, suspendu, filait à côté du but. Quelques minutes plus tard, Rapaic voyait son coup franc placé détour- né par Deelkens. Juste avant la pau- se, c'est encore le médian croate qui tentait sa chance de l'extérieur du gauche, après s'être appuyé sur Geraerts, aligné aux côtés de Dembéle vu la suspension de Negouai.

Après la pause, c'était au tour du médian offensif d'hériter d'une occasion 18 carats: isolé au point de penalty par un centre de Conceição, Geraerts ne pouvait cadrer son envoi... La superbe frappe de volée de Rapaic l'était, elle, mais le gardien local se trouvait sur la trajectoire du ballon. Déjà averti pour une première faute inutile sur Deelkens en première mi-temps, Kovalenko y allait alors du tackle inutilement sec sur Mulemo et devait regagner le vestiaire plus tôt que ses partenaires. Réduits à dix, comme ce fut trop souvent le cas depuis le début de la saison (NdlR: la carte de rouge de Kovalenko était la 9e de la saison, y compris celle d'Onyewu en Coupe de Belgique), les joueurs de Dominique D'Onofrio n'allaient plus réussir à porter le danger devant le but trudonnaire.

«Sur ce terrain, c'était plus facile de défendre, comme Saint-Trond l'a fait, que de faire le jeu. Nous n'avons pas su profiter des phases arrêtées que nous avons obtenues aux abords de leur rectangle», regrettait le coach liégeois. «Au delà de cela, je constate que, sur neuf fautes commises, nous avons pris quatre cartes jaunes. C'est beaucoup pour une équipe qui fait le jeu... L'exclusion de Kovalenko? Il ne touche pas le joueur adverse et, surtout, ce fait de jeu n'aurait jamais existé si l'arbitre avait sifflé la première faute commise quelques instants plus tôt sur Conceição.»

«Le foot, c'est fait pour jouer à onze, pas à dix», ajoutait Stéphane Demol, l'entraîneur adjoint. «Ce serait bien d'essayer de ne pas toujours finir en infériorité numérique... Ce qui nous a manqué? Les buts. Ce sont deux points perdus, il faut renouer avec la victoire contre La Louvière.»

© Les Sports 2006