Football

"Compte tenu de l'intérêt du joueur, mais aussi celui du club, on a pris la bonne décision en cédant Mbark Boussoufa à Anzhi Makhachkala. Je ne la regretterai donc jamais", a assuré le manager-général d'Anderlecht Herman Van Holsbeeck, vendredi midi lors d'une conférence de presse au Stade Constant Vanden Stock.

"Même si les choses devaient mal tourner, sportivement parlant. Ce que je ne crois pas. Notre noyau est quand même assez large, et certains ne demandent qu'à saisir leur chance. L'entraîneur a été tenu au courant de l'évolution des négociations, et estimait également qu'il fallait les faire aboutir..."

"Maintenant je ne dois pas vous faire un dessin", a poursuivi Van Holsbeeck. "Le Sporting n'est évidemment pas plus fort sans son soulier d'or qu'avec. Du moins pas tout de suite. Ce serait même plutôt le contraire. Mais l'argent russe ne va croupir au fond d'un coffre..."

Anderlecht va frapper fort sur le marché d'été des transferts? "Oui, et même très fort", assure le négociateur de la maison mauve. "Il faut bien avouer qu'on était un peu limité financièrement ces deux dernières années. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Le président Roger Vanden Stock s'est fixé trois objectifs. Terminer la construction du centre de formation et du complexe de Neerpede; entamer les travaux d'agrandissement et de rénovation du stade; mais surtout reconstruire et renforcer l'équipe première. L'argent de Boussoufa servira majoritairement à gagner le pari sportif. Anderlecht ne renonce en effet pas à ses ambitions européennes. Bien au contraire.

Il est conscient de ses limites actuelles, mais prêt à investir pour remonter la pente. Je ne sais pas si ce sera possible sur le marché belge, compte tenu des prix en vigueur, mais nous avons d'excellents scouts dans le monde entier. Je vous garantis que l'équipe de la saison prochaine sera plus forte que celle d'aujourd'hui.

Quant à Boussoufa, qui a énormément compté pour le Sporting, il fera toujours partie de la famille. Les grilles du stade s'ouvriront à nouveau toutes grandes devant lui, dès qu'il le souhaitera. En attendant je lui souhaite bonne chance pour la suite de sa carrière", conclut Herman Van Holsbeeck.