Football Pour ne pas trop froisser les dirigeants gantois, les dirigeants anderlechtois ont déboursé une somme d’environ 500.000 €.

Pour attirer Hein Vanhaezebrouck, l’entraîneur belge le plus courtisé, les dirigeants anderlechtois ont dû sortir le portefeuille. Et pas qu’un peu.

Il a d’abord fallu faire le ménage dans le staff en payant pour le départ de David Sesa et Thomas Binggeli, les deux anciens adjoints de René Weiler. Nicolas Frutos, qui a refusé de rester, est lui aussi parti avec un chèque.

Les plus grosses dépenses, c’est pour Hein Vanhaezebrouck qu’elles ont été faites. Contacté par plusieurs clubs d’un "standing au moins aussi élevé qu’Anderlecht" selon une source proche du dossier, l’entraîneur n’était pas gratuit, loin de là.

Une somme d’1,2 million avait été avancée par un quotidien flamand comme salaire annuel, mais, selon nos informations, Vanhaezebrouck touche bien plus que cela au Sporting. Ses émoluments sont supérieurs à 1,5 million. Ce qui fait du client de Mogi Bayat le coach le mieux payé du royaume, et de loin.

Herman Van Holsbeeck ne le cache pas. "On a dû faire un gros effort. Il était convoité par des clubs étrangers. Nous avons investi dans un coach que tout le monde veut. On est convaincu qu’il va améliorer les joueurs. On a mis le paquet pour lui, mais ça peut valoir la peine. Si vous payez un coach un peu plus cher et qu’il permet à Stanciu de devenir le joueur qu’on pense qu’il est, puis qu’on le vend pour 25 millions, cet argent est bien investi."

Outre ce salaire astronomique par rapport aux normes belges, le RSCA a également payé environ 500.000 € en plus à Gand. Une somme qui n’était pas obligatoire puisque Hein Vanhaezebrouck et les dirigeants gantois s’étaient séparés d’un commun accord. Vu le délai très court entre cette rupture de contrat et l’engagement de Vanhaezebrouck, le Sporting a tout de même décidé de verser de l’argent aux Buffalos . Une sorte de gentlemen’s agreement pour éviter de froisser les dirigeants gantois.

Dernières dépenses pour les patrons du Sporting : former le staff technique de Vanhaezebrouck. Outre son salaire, il faudra par exemple payer Courtrai pour racheter son contrat là-bas.

Hein Vanhaezebrouck​: "On verra si Anderlecht et moi sommes faits l'un pour l'autre"