Football

C’est un peu plus de 24 heures après le limogeage de Yannick Ferrera aux profits d’Aleksandar Jankovic que le président du Standard, Bruno Venanzi, se confie pour un entretien sans langue de bois.

Quand avez-vous pris la décision de licencier Yannick Ferrera ?

"Cela fait quelques semaines, deux ou trois, qu’elle était prise. On voulait la meilleure transition possible. Ce n’est pas facile de licencier quelqu’un, croyez-moi j’ai déjà dû le faire chez Lampiris et ici."

Pourquoi avoir attendu ?

"Je n’ai pas attendu pour le plaisir. Il y a toujours une relation qui se crée avec les personnes. J’attache beaucoup d’importance à l’aspect humain. Et avec Yannick, j’avais envie que ça marche, car le club a besoin de stabilité. Après la saison passée, Daniel et Olivier m’ont suggéré de changer d’entraîneur pour différentes raisons qui ont amené aujourd’hui à ce changement. J’ai préféré ne pas le faire car je me disais que Yannick n’avait pas pu bénéficier d’une campagne de préparation la saison passée. Eux me disaient que c’était mieux de donner la chance à un nouveau coach d’avoir cette période de transition. On a eu de grandes conversations là-dessus et le nom d’Aleksandar était déjà sur la liste à ce moment-là, mais j’ai voulu donner une dernière chance à Yannick."

Il a déjà été contacté deux fois auparavant.

(...)