Football En son for intérieur, Roberto Martinez espérait certainement que la vague d’indignation se concentre durant la journée de lundi et retombe peu à peu, comme une crête malmenée par la pluie.

Mais le technicien espagnol s’est fourvoyé car quarante-huit heures plus tard, les supporters continuent à manifester leur mécontentement face à l’absence de Radja Nainggolan dans le noyau de l’équipe nationale. Pire encore, cette colère a contaminé les pays étrangers et surtout l’Italie, où la cote de popularité du médian anversois est particulièrement importante.

(...)