Football

Coup de tonnerre à l'Union Belge. Marc Wilmots est sur le point de signer un contrat d'entraîneur adjoint des Diables Rouges. Sa désignation est une idée de Michel Sablon, directeur technique, et a été approuvée par René Vandereycken.

Cela fait quelques jours qu'une délégation de la Fédération est en pourparlers avec Wilmots. Hier, un accord aurait presque été trouvé. Les derniers détails n'étaient pas d'ordre financier. Aujourd'hui, les patrons espèrent annoncer officiellement que Wilmots est le remplaçant (à temps plein) de Stéphane Demol, qui avait annoncé qu'il voulait retourner dans un club.

Vu son palmarès, son caractère et le fait qu'il est francophone, Wilmots est un bon choix mais également une option bizarre. En tant que consultant à la télé, Wilmots ne s'était pas gêné pour critiquer les tactiques ou compositions de Vandereycken et il était candidat au remplacement du coach fédéral. Jusqu'à présent, les deux n'avaient pas de lien amical particulier.

L'Union Belge avait plusieurs autres candidatures pour le poste d'adjoint. Parmi elles, celle de l'ancien buteur, Erwin Vandenbergh, et de l'ancien adjoint de Robert Waseige au Mondial 2002, Vince Briganti. Mais la Fédé préférait désigner un grand nom, capable de motiver les joueurs et capable d'embellir l'image abîmée de l'équipe nationale.

En tant que coach, Wilmots n'a pas encore une énorme expérience. Il n'a coaché que huit matches à Schalke et 22 matches à Saint-Trond, dans des conditions difficiles. Mais en tant que consultant, il suit de très près le football européen et il a vu tous les matches de l'équipe nationale belge.

En tant que joueur, Vandereycken n'a jamais partagé le vestiaire avec Wilmots. René a joué son dernier match en 1986 (2-1 contre l'Irak au Mondial) et Wilmots a débuté en 1990 (2-2 contre la Roumanie en match amical), mais tous les deux, ils avaient un caractère fort et ils avaient leur mot à dire sur la disposition tactique. S'ils vont s'entendre ? L'avenir nous l'apprendra. En tout cas, leur collaboration doit rendre l'espoir à l'opinion publique et qualifier les Diables Rouges pour le Mondial 2010.