Football

Guère triomphaliste et surtout soulagé : voilà comment Marc Wilmots est apparu lors de la conférence de presse d’après-match, rapporte nos confrères de la Dernière Heure.

“Ce match a été très difficile mais ça, on le savait. La Macédoine a joué très bas et on s’est trop peu infiltré en première période. Mais Chadli est très bien entré, il a apporté de la puissance. Les occasions ont suivi et nous en avons mis une. Cette victoire, on l’a construite, on l’a méritée. J’ai aussi vu que mon équipe avait grandi : en fin de partie, elle a gelé le ballon plutôt que de se jeter vers l’avant.”

Les Diables ont raté le coche : les Croates ont bien failli perdre des points…

“Je répète que je ne regarde pas nos adversaires. Ce que je vois, c’est que nous avons signé un 16 sur 18. Nous avons joué six finales, il nous en reste quatre ! Pour moi, la Croatie reste favorite. Nous voilà aussi pratiquement assurés de disputer les barrages : j’aurais signé des deux mains pour déjà en être là !”

Hazard a-t-il enfin signé son match référence en équipe nationale ?

“Moi, je trouve qu’il a déjà fait des choses exceptionnelles depuis trois saisons. Il n’a que 22 ans. L’important, c’est qu’il se sent heureux dans cette équipe. Si en plus de cette joie de jouer, il continue à montrer cette même discipline tactique, il continuera à être décisif.”

Pourquoi avoir sorti Dries Mertens à la pause ?

“Il manquait de fraîcheur. Mirallas a réussi à amener plus de vitesse et à jouer davantage vers le but.”

Quel est le principal enseignement de cette double confrontation contre la Macédoine ?

“Que nous restons leaders, que nous avons marqué trois buts et gardé le zéro. Je dois aussi souligner l’état d’esprit de ce groupe dont je suis fier. Je prendrai l’exemple de Fellaini : il m’a dit qu’il y avait de meilleurs joueurs que lui pour évoluer comme deuxième attaquant. Chapeau à lui ! Maintenant, il sera un 6 ou un 8. Il m’a aussi dit qu’il kiffait l’équipe nationale. C’est ça le plus important…”

Certains supporters vous voient déjà premier ministre…

(Rires) “J’ai déjà été sénateur… Ce qui compte pour moi, c’est de rendre les supporters heureux. Mais pas d’euphorie : je pense déjà au match contre la Serbie.”