Yves Vanderhaeghe vote Hendrikx

Publié le - Mis à jour le

Football Robert Waseige a semble-t-il entendu le message, même si on en aura la confirmation que ce vendredi. Mais il y a de fortes chances de le voir finalement reconduire le tandem Wilmots-Emile Mpenza devant, comme contre Saint-Marin (10-1), et de se contenter de deux attaquants au tableau noir, où Marc Hendrikx occupera vraisemblablement le flanc droit. Il ne faudrait toutefois pas en conclure que Vanderhaeghe se juge fatigué par sa campagne anderlechtoise. "Il est possible que je donne cette impression sur le terrain", admet l'ancien Mouscronnois, "mais je peux vous assurer que je m'entraîne toujours avec autant de plaisir. Je sais que certains viennent au stade comme à l'usine le matin, mais ce n'est pas du tout mon cas. Je me demande même comment je ferai plus tard pour me passer de football, le grand et principal hobby de ma vie. Mais c'est vrai que je dois abattre un lourd travail à Anderlecht, où on est pas tellement nombreux à se soucier de défendre." "Je me suis cependant mis au service de Walt (Baseggio, NDLR) avec grand plaisir. Le temps où il il devait courir pour Scifo et Zetterberg est révolu. Aujourd'hui c'est moi qui me dépense pour lui, et j'estime dès lors participer activement à son éclosion. Il est déjà vraiment très loin à 22 ans, et je le vois dès lors aboutir un jour dans un très grand club étranger. Nos automatismes constituent évidemment un atout pour l'équipe nationale, où ma tâche est un peu moins obscure. Robert Waseige m'incite en effet à tenter de temps en temps une percée ou une frappe lointaine. Je n'ai d'ailleurs pas l'intention d'en rester à ces deux buts réussis contre Saint-Marin. Je n'abuse bien sûr pas de ces initiatives personnelles, mais je ne m'épuise pas autant avec les Diables Rouges, où tout le monde se sent solidairement concerné par la défense de nos positions, que sous le maillot d'Anderlecht." "Ne croyez cependant pas que je cherche des excuses pour l'erreur commise la semaine passée à Gand, même s'il y avait encore du monde derrière moi quand j'ai stupidement perdu cette balle. Il valait mieux ne pas m'en parler dans l'autocar au retour vers Bruxelles", avoue Vanderhaeghe, qui aspire à une belle revanche. Et le plus tôt sera le mieux... (BELGA)

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM