Formule 1

Fernando Alonso a remporté le Grand Prix du Canada dimanche sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal, signant une quatrième victoire consécutive.

Le champion du monde en titre, qui compte désormais 14 victoires dont six cette année, a devancé Michael Schumacher et Kimi Räikkönen. Alonso a accru son avance au Championnat et, à la mi-saison, compte 25 longueurs d'avance sur Schumacher. Chez les constructeurs, Renault a aussi augmenté son avance à 34 longueurs sur Ferrari.

A l'extinction des feux, Giancarlo Fisichella, placé en deuxième position derrière Alonso et devant Räikkönen, a voulu trop bien faire. Il a volé le départ, coupé son accélération en s'en rendant compte et ainsi permis ce qu'il cherchait à empêcher: laisser Räikkönen se retrouver immédiatement dans le sillage d'Alonso.

Fisichella, lui, a écopé d'un passage par la ligne des stands et il est ainsi passé de la 3e à la 5e place, derrière Schumacher.

Au deuxième tour, Juan Pablo Montoya (McLaren-Mercedes) s'est attaqué à la Williams-Cosworth de Nico Rosberg. Résultat: un accrochage, la Williams dans le mur -moins accueillant que ne le proclame l'inscription "Bonjour Québec" peinte dessus-, la McLaren-Mercedes au stand pour changer de museau et la course neutralisée par la voiture de sécurité le temps d'évacuer l'épave de Rosberg.

Au 12e tour, Räikkönen a porté une attaque contre Alonso en se portant à sa hauteur, mais l'Espagnol, à l'intérieur à l'entrée de la chicane ouvrant sur la ligne droite des stands, a conservé l'avantage.

Les deux pilotes se sont alors échappés et la course sombrait dans la routine, tandis que Schumacher remontait vers la tête.

Räikkönen a bien roulé en tête le temps des ravitaillements d'Alonso, mais lorsqu'il est rentré à son tour ravitailler, par deux fois un problème d'embrayage lui a fait perdre beaucoup de temps, laissant l'Espagnol reprendre la tête.

Un accident de Villeneuve à 11 tours de l'arrivée a provoqué la consternation du public, ainsi que le déploiement de la voiture de sécurité, la neutralisation de la course et la joie de Räikkönen et Schumacher qui ont ainsi obtenu une occasion inespérée de refaire leur retard de 20 secondes sur Alonso.

Le septuple champion du monde a pris le meilleur sur le Finlandais à deux tours de l'arrivée.