Formule 1

Malgré une arrivée à une anonyme neuvième place, son plus mauvais résultat de la saison, Lewis Hamilton a remporté son quatrième titre de champion du monde de Formule 1 à l'âge de 32 ans. Il rejoint Alain Prost et Sebastian Vettel, avec qui il s'est frotté en début de course, au palmarès des pilotes les plus sacrés.

Compte tenu de la quatrième place de Vettel, le dernier pilote qui pouvait priver le Britannique d'une nouvelle étoile, ce dernier ne peut être rejoint au classement des pilotes puisqu'il compte cinquante-cinq points d'avance à deux courses de la fin et alors qu'il ne reste que cinquante unités à distribuer.

Les deux hommes ont dû faire une course à travers le peloton après s'être accrochés dès le troisième virage. Alors qu'il avait déjà touché Max Verstappen, Sebastian Vettel, qui partait en pole, harponnait dans la foulée Lewis Hamilton.

Résultat, une crevaison à l'arrière droit pour le Britannique et un aileron cassé pour le pilote Ferrari. Les deux candidats au sacre devaient repasser par les stands pour réparer leur monture et repartaient aux deux dernières places.

Au petit jeu de la remontée, c'était le pilote Ferrari qui procédait le plus vite tandis qu'Hamilton prenait son temps pour retrouver les points bien après la mi-course.

Malgré sa progression jusqu'à la quatrième place, le quadruple champion du monde avec Red Bull devait s'avouer vaincu dans la lutte à la couronne puisqu'il devait remporter la course en cas de neuvième place minimum de Hamilton.

A dix tours de l'arrivée, Vettel était 4e, à 50 secondes du 2e, le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes), tandis que son rival n'occupait que le 10e rang.

"Mamma Mia, c'est trop!", s'est alors exclamé l'Allemand à la radio, indiquant qu'il faisait une croix sur le titre.

C'est donc Lewis Hamilton qui décroche le titre, deux ans après son troisième titre et succède à son ancien coéquipier Nico Rosberg, parti à la retraite quelques jours après son titre en 2016. Hamilton devient le pilote britannique au palmarès le plus fourni, dépassant Sir Jackie Stewart. Ses précédents titres dataient de 2008 (McLaren Mercedes), 2014 et 2015 (Mercedes).

"Ca ne semble pas réel", a-t-il expliqué avant de rejoindre son stand, drapeau britannique sur le dos, poursuivi par quelques fans mexicains.

"Merci à mon équipe qui a été incroyable depuis cinq ans, je suis fier d'en faire partie", a salué Hamilton.

Du reste, Max Verstappen a vécu une promenade de santé en n'étant jamais inquiété tout au long de la course. Le Néerlandais de vingt ans remporte du même coup la troisième victoire de sa jeune carrière, la deuxième de la saison après celle acquise en Malaisie il y a un mois. Le pilote Red Bull devance sur le podium Valtteri Bottas (Mercedes) et Kimi Raïkkönen (Ferrari).

Après avoir un moment évolué dans les points, Stoffel Vandoorne termine finalement à la douzième place sur ce circuit qui ne favorisait pas sa McLaren au moteur Honda, toujours à bonne distance des Mercedes, Ferrari et Renault en termes de puissance.

Les résultats de la course