Formule 1

ENTRETIEN

ENVOYÉ SPÉCIAL À NÜRBURG

Fernando, n'a-t-il pas été trop difficile de voir votre équipier gagner dimanche à Monaco?

Non, non, c'est mieux qu'une voiture rouge. Chez Renault, nous formons une équipe et je m'entends très bien avec Jarno. En dehors du circuit, nous faisons beaucoup de choses ensemble: on joue au football, au tennis, à la Playstation.

Au moment de votre accident avec Ralf, vous pointiez à 2 secondes de Trulli. Pensiez-vous encore pouvoir gagner?

Oui, c'était l'objectif. Je roulais sur une autre stratégie que lui. J'avais embarqué plus d'essence. Je devais effectuer mon 2e ravitaillement 6 tours plus tard que lui. J'espérais le passer durant cette période.

Vous n'aviez donc pas de temps à perdre derrière un retardataire... Peut-être est-ce pour cela que vous avez essayé une manoeuvre audacieuse dans le tunnel?

Non, je n'ai rien essayé du tout. Je ne suis pas un idiot. Je n'avais pas envie de me crasher à 300km/h. Mon plan consistait à le passer à la chicane du port, mais, quand j'ai vu qu'il se mettait sur le côté à l'entrée du tunnel, j'ai pensé qu'il me laissait enfin passer. J'y suis allé, mais il a accéléré. Perdre de gros points et un doublé Renault à cause d'un gars comme cela, c'est vraiment frustrant. C'est toujours un risque quand vous devez dépasser Ralf. Je n'ai pas dit cela sur le moment parce que j'étais énervé. Je le répète aujourd'hui et je le redirai tout au long de l'année. Si cet accident était arrivé à Michael Schumacher et qu'à la place de son frère vous mettiez Baumgartner, je suis certain que le Hongrois ne roulerait plus en F 1. Et si c'était Pantano, il aurait reçu une pénalité. Mais comme c'est Ralf, la FIA ne dit rien.

Et vous, que vous manque-t-il pour devenir un grand nom de la F 1?

Moi? Je ne deviendrai probablement jamais un grand nom. Parce que je suis Espagnol, un pays sans culture F 1. Car aujourd'hui je suis trop jeune, je dis la vérité. Je suis un mauvais garçon. Les gens ne m'aiment pas. Il sera difficile qu'on me respecte.

Où pensez-vous que Renault puisse à nouveau viser la victoire? A Budapest?

Pas nécessairement. L'an dernier, j'ai gagné mais les pneus étaient supérieurs, la voiture était différente. Je ne suis pas sûr qu'on y sera à nouveau aussi bien. Nous progressons de manière évidente. Aujourd'hui, on se bat pour la première place derrière Ferrari, avec BAR et Williams. C'est déjà très bien. Il est quasi impossible que nous ayons à nouveau l'opportunité de signer un doublé cette année.

Que faites-vous avec tout l'argent que vous gagnez?

Rien, je ne sais pas où il est. Et je m'en fous pour le moment. Je suis trop jeune. La seule chose qui m'intéresse, c'est de courir tous les 15 jours. Je ne suis pas un flambeur. Je fais confiance à mon père. C'est lui qui gère mes comptes.

Quand vous étiez gamin, de quoi rêviez-vous?

Je ne suis pas un rêveur. Je fais ce que je peux. Je suis quelqu'un de réaliste. Je n'ai jamais rêvé de devenir pilote de F 1, c'est venu naturellement.

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.