Formule 1 Pour que le match Ferrari-Mercedes ne se résume pas à un duel Hamilton-Vettel.

Quatrième rendez-vous de la saison, le GP de Russie disputé ce week-end en bord de mer Noire, dans l’ancien parc olympique, est un terrain de chasse gardée de Mercedes.

Depuis la première venue à Sotchi en 2014, les Benz y sont invaincues. Et les caractéristiques de ce tracé de 5,5 km avec une très longue ligne droite, où les monoplaces atteignent les 340 km/h, et beaucoup de virages à angles droit exigeant une bonne accélération et de la relance, font que la cavalerie allemande y part à nouveau favorite. "On dirait que ce circuit a été conçu pour eux,", a déclaré le leader du Mondial Sebastian Vettel, menant actuellement 2 à 1 dans son duel face à Lewis Hamilton. Et le plus rapide ce vendredi.

Victime d’une erreur stratégique en Australie puis d’un mauvais départ et d’une pénalité à Bahreïn, le Britannique est bien décidé à égaliser au score ce dimanche.

"Mais ce ne sera pas facile car il est évident que nous avons perdu notre avance sur Ferrari", estime LH souffrant depuis le début de saison de l’usure de ses gommes super ou ultra tendres avec le plein d’essence. "On a travaillé là-dessus lors des tests à Bahreïn", assure-t-on du côté des Gris. La solution aura-t-elle pu être trouvée ? Difficile de l’affirmer à la lecture des chronos de ce vendredi.

Et pour prendre pour la première fois seul la tête du championnat, Lewis Hamilton doit espérer que Valtteri Bottas puisse assurer le doublé et prendre des points à Vettel, ce qui n’a encore jamais été le cas. Cela vaut également pour Kimi Raikkonen, incapable jusqu’ici d’aider son équipier.

Même s’il a signé sa première pole il y a deux semaines, le remplaçant du champion Nico Rosberg déçoit un peu en ce début de saison. Pareil pour Iceman qui n’est plus monté sur un podium depuis quinze GP.

S’ils ne veulent pas vite être considérés comme des numéros 2, s’ils souhaitent que leur contrat soit renouvelé en 2018 et surtout s’ils désirent être impliqués dans la lutte pour le titre, il est temps que les Nordiques se réveillent. S’ils ne rehaussent pas très vite leur niveau de jeu, le match Ferrari-Mercedes tournera rapidemnt en un - très beau - duel Vettel-Hamilton, deux champions détenteurs de sept des neuf dernières couronnes mondiales...