Jérôme D'Ambrosio: "Une opportunité extraordinaire"

AFP Publié le - Mis à jour le

Formule 1

Jérôme D'Ambrosio, qui remplace chez Lotus le Français Romain Grosjean, suspendu pour une course pour son implication dans le carambolage au départ du GP du Belgique, considère ce Grand Prix d'Italie comme une "opportunité extraordinaire".

D'Ambrosio, 15e temps le matin et 12e temps l'après-midi, à six dixièmes seulement de son coéquipier Räikkönen, a progressé pas à pas au volant d'une E20 qu'il n'a pilotée qu'une seule fois en 10 mois, pendant une demi-journée au Mugello (Italie), sous la pluie. "C'était plutôt une bonne journée, j'ai bien progressé de la 1re à la 2e séance, j'ai beaucoup parlé avec les ingénieurs et je suis resté très concentré. Je dois accumuler un maximum d'informations, en un minimum de temps, et pour l'instant je ne peux pas vraiment séparer ce qui vient des pneus, de la voiture ou de la piste. C'est une opportunité extraordinaire et je dois juste me remettre dans le bain en restant calme, cool", a-t-il expliqué en conférence de presse.

"Monza, ce n'est vraiment pas un circuit facile pour apprendre le comportement de la voiture, car elle est plus nerveuse qu'ailleurs, plus difficile à piloter, à cause du fait qu'on roule avec très peu d'appui aérodynamique. C'est un vrai challenge et la portion la plus difficile c'est sûrement la première chicane, car on est à 340 km/h quand on commence à freiner, et c'est difficile de bien juger ce qu'on peut faire ou ne pas faire. C'est aussi un circuit où on peut vraiment ressentir la vitesse d'une F1, donc c'est très excitant."

"L'adrénaline monte lentement, et l'important c'est de progresser, sans que je me fixe d'objectif de position, aux essais ou en course, que ce soit P5, P10 ou P15. Je serais juste déçu de ne pas aller en Q2 (ndlr: la 2e partie des qualifications, réservée aux 17 meilleurs temps de la Q1). On a pris de bonnes directions, j'ai regardé les données de Räikkönen et c'est vraiment un travail d'équipe, tout le monde fait le maximum pour que je puisse obtenir le meilleur résultat possible. Romain (Grosjean) est là, je sais que je peux lui poser des questions quand je veux. Ca fait partie du processus d'apprentissage et je suis dans mon élément, car ça fait 18 ans que je suis pilote. Je suis heureux, car c'est ce que j'aime faire avant tout, j'adore ça. J'espère aussi que je serai meilleur dans la voiture que dans la cabine de commentateur de télévision (ndlr: pour la RTBF)".

Publicité clickBoxBanner