Formule 1

Cela aurait dû être l'histoire d'une victoire facile : avec une pole, le meilleur tour en course et dix points dans l'escarcelle après avoir mené le Grand Prix de bout en bout.

Mais alors que l'échappée du Finlandais paraissait imparable, un embout d'échappement droit détaché en décida autrement.

Soudainement privé d'une partie de sa puissance, "Iceman" dut laisser revenir puis passer son équipier au 38e tour : "Il est bien sûr toujours très décevant de perdre une course en raison d'un souci mécanique," expliquait un poleman conservant son calme légendaire. "Mais après ce qui s'est passé lors des deux derniers Grands Prix, le principal est que l'on ait pu préserver le doublé pour l'équipe. Dans mon malheur, j'ai encore eu de la chance de marquer huit points et de me rapprocher ainsi à cinq unités de la tête du championnat. L'opération n'est donc pas mauvaise."

Car pour le même prix, Raikkonen aurait pu enregistrer son troisième score nul consécutif : "D'un coup, j'ai senti que je perdais énormément de chevaux. Le plus gros problème est que je perdais toute la puissance par moment et puis cela revenait. C'était comme piloter avec un antipatinage défaillant. J'étais très lent en ligne droite. Heureusement, grâce à la belle avance ménagée en début de course, j'ai pu conserver le premier accessit. Pourtant, dans les deux derniers tours, j'étais presque arrêté. Encore quelques rondes de plus et je ne finissais pas la course."

Reste maintenant à savoir si le V8 italien n'a pas été trop endommagé dans la mésaventure. Et si Ferrari prendra le risque de ne pas le remplacer pour le prochain GP de Silverstone que le Finlandais est censé disputer avec le même moteur.

Car rappelons-le, au cas où la Scuderia décide de changer de bloc par sécurité, son Champion du Monde sera rétrogradé de dix places sur la grille de départ. Et l'on a vu avec Lewis Hamilton hier comme cela peut compromettre un bon résultat...