Formule 1

La Malaisie n'accueillera plus de Grand Prix de Formule 1 après 2018 à cause de recettes en chute libre, a annoncé lundi le ministre du Tourisme et de la Culture, Nazri Aziz, à cause de recettes en chute libre. 

"Nous dépensons 300 millions de ringgit (63,3 millions d'euros) par an (pour accueillir le Grand Prix de Malaisie), mais nous n'avons pas 300 millions de recettes", a déclaré Nazri Aziz à l'agence malaisienne de presse, Bernama.

Le ministre a souligné la baisse d'intérêt du public, malgré les efforts financiers consentis pour créer un événement à la hauteur de leur attente. Fin octobre dernier, le directeur du circuit de Sepang, dans la banlieue sud de Kuala Lumpur, où est organisé le Grand Prix depuis 1999, avait indiqué que 45.000 spectateurs seulement, sur les 120.000 que peut accueillir cet événement, avaient assisté en septembre au dernier Grand Prix de Malaisie.

Il avait également pointé du doigt les faibles audiences télé -- la course a perdu 200 millions de téléspectateurs depuis 2008 --, estimant qu'organiser un Grand Prix de F1 coûtait "très cher".

La Malaisie, exportatrice d'énergie, a vu ses revenus à l'exportation baisser avec la chute des cours mondiaux du pétrole.