Formule 1

Bas Leinders n'a pas réussi son pari. Vingt-cinquième, à cinq grosses secondes du meilleur chrono provisoire, mais surtout à près de deux secondes de son équipier Bruni, le Belge a, de nouveau, monopolisé la dernière place du peloton. Dommage car ce sera plus dur encore au Canada, puis à Indianapolis, deux pistes que notre représentant découvrira.

«Je sais ce que vous allez me dire, riait nerveusement Bas. J'aurais mieux fait de me taire hier quand j'ai dit que j'allais battre mes deux équipiers. Mais vous me connaissez. Je suis un enthousiaste. J'espérais mon handicap matériel en attaquant un peu plus. Et j'ai essayé. Mais ma monoplace ne tenait pas du tout la route. Elle sous-virait et survirait énormément. Et je ne vous parle pas du moteur. Dans chaque morceau de ligne droite, je perdais 2 dixièmes. Et pour couronner le tout, j'ai été gêné dans mon tour le plus rapide par un drapeau jaune.» Néanmoins Paul Stoddart, le patron, se disait satisfait: «Nous savons bien dans quel contexte Bas roule. Il n'a pas la même voiture que Bruni et Baumgartner. Et il est très improbable que cela change avant le GP de Belgique.»

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.