Formule 1

Considérés en rallye comme les rois de la glisse, les Finlandais n'ont pas été fidèles à leur réputation, hier à Silverstone. Parti pour la première fois de sa carrière en pole position après une excellente performance en qualification, Heikki Kovalainen montra pourtant au premier freinage et lors des premiers tours qu'il n'était pas décidé à se laisser faire par son équipier : "Je veux gagner cette course" , avait déclaré Niceman samedi après-midi en devançant Hamilton de sept dixièmes de seconde.

Mais, sous la pluie, le Nordique ne put résister plus de quatre rondes à son équipier. "J'étais un peu trop large et Lewis en a profité pour me doubler", racontait un "Kova" démentant le fait d'avoir respecté une quelconque consigne de team. Un ordre qui aurait pourtant très bien pu s'expliquer car Heikki ralentissait visiblement un Hamilton s'envolant une fois la voie et la vision dégagées.

"Je sousvirais beaucoup avec mes réglages pour le sec. J'ai effectué deux tête-à-queue et dans ces conditions je suppose que je dois être heureux d'être à l'arrivée et de rapporter quatre points à l'équipe."

Mais comme son compatriote Kimi Raikkonen, le pilote McLaren-Mercedes ne pouvait s'empêcher d'être déçu de son résultat.

"C'est vrai que je manque de réussite ces derniers temps, avouait Kimi Raikkonen. Avant notre premier arrêt, j'étais revenu dans la boîte d'Hamilton. J'étais le plus rapide en piste et tout allait bien. Malheureusement, avec l'équipe, on a décidé de garder les mêmes gommes intermédiaires plutôt que de chausser de nouveaux pneus. Une erreur. On ne pensait pas que la pluie allait recommencer." Victime de la même mauvaise option que Fernando Alonso (6e après avoir été dépassé deux fois par son équipier Nelson Piquet sauvant sa tête chez Renault malgré un abandon suite à une pirouette), Raikkonen perdit d'un coup des paquets de secondes, le pilote Ferrari chutant jusqu'à la 8e place avant de se décider enfin à repasser par le stand.

"Dès lors, après une incursion hors piste et un tête-à-queue en pleine ligne droite, je suis tout de même satisfait de marquer cinq points me permettant de revenir en tête du championnat à égalité de points avec Massa et Hamilton. J'espère que la 2e moitié de saison me sourira un peu plus..."

Robert Kubica aurait pu lui décrocher une nouvelle fois le jackpot. Modeste dixième aux essais suite à un problème de suspension, le régulier Polonais était remonté en troisième position et s'apprêtait à reprendre seul la tête du Mondial lorsque sa BMW-Sauber échoua dans le bac à graviers.

"Au moment le plus dantesque de la course, j'ai perdu le contrôle de ma monoplace, victime d'aquaplaning en pleine ligne droite. Mes quatre roues ont quitté le sol et je peux déjà être heureux de ne pas avoir tapé", concluait un "Kub" enregistrant son premier abandon depuis Melbourne. Mais conservant néanmoins son rôle d'outsider dans la course au titre.