Formule 1

Il a déjà été décidé qu'il ne se disputera pas le 13 mars, comme initialement prévu, en raison des troubles dans la région. Le dossier sera donc sur la table du conseil mondial de la Fédération internationale (FIA), le 8 mars à Paris. "La FIA doit changer le calendrier et Bahreïn doit demander une nouvelle date. C'est le seul scénario possible si l'on veut que la course ait quand même lieu un jour", explique le patron commercial octogénaire de la F1.

"J'ai déjà parlé à Jean Todt à propos de la possibilité de trouver cette nouvelle date et nous sommes tous les deux tombés d'accord qu'il faut que cela soit fait avant le début de la saison. Si le prince pense que son pays peut accueillir une course, nous y retournerons," déclare Ecclestone.

Une date pourrait être ajoutée à la fin de l'année ou pendant la pause estivale, et ce malgré la chaleur. "Je pense que les équipes seront sensibles au fait de courir à Bahreïn lors de la pause de l'été, et ce malgré les températures élevées. C'est notre façon de montrer qu'on soutient le pays," ajoute le grand argentier de la F1.

Une course de remplacement ailleurs est-elle également envisagée? Non selon Ecclestone, qui est catégorique. "Nous n'avons pas besoin d'une course de remplacement ailleurs ou en Europe. Nous avons besoin d'une course à Bahreïn."