Formule 1

ENVOYÉ SPÉCIAL À NÜRBURG

Le Nürburgring, un nom aussi mythique et légendaire dans la course automobile que Francorchamps ou Monaco. Sauf qu'ici la Nordschleiffe, le grand toboggan de 22km et 180 virages, n'a pas résisté au temps et aux accidents. Depuis le terrible crash de Niki Lauda en 1976, les F 1 ne roulent plus sur les terribles montagnes russes de l'Eifel. La vertigineuse descente d'Adenau, le Karrussel, la ligne droite de 2km, autant d'endroits virils dont ne pourront jouir, dans 15 jours, que les 600 pilotes des 24 Heures du Ring.

Le théâtre de ce 7e Grand Prix de la saison semble être un circuit triste et froid, à l'image d'un climat souvent glacial dans la région. Au point qu'on a dû reculer sa date pour éviter l'annulation pour cause d'intempéries. «Je vais devoir prévoir mes «moon boots» et Bridgestone de pneus à clous», avait souri l'automne dernier Michael Schumacher en prenant connaissance d'une première ébauche de calendrier sur laquelle le GP d'Europe était prévu début avril, à la place d'Imola. Heureusement, deux mois plus tard, on annonce du soleil pour le GP de la Pentecôte. Voilà qui devrait plaire aux pilotes Michelin.

Le rêve brisé de Brawn

Battu ici en 2002 par son équipier Rubens Barrichello et l'an dernier par son frère Ralf, Michael Schumacher est impatient de retrouver son public et de prendre une double revanche après l'incident du tunnel de Monaco sans lequel il n'aurait de toute manière pas gagné. «Heureusement, je ne dois pas attendre longtemps avant de pouvoir prendre ma revanche», confia, voici quatre jours, le sextuple champion du monde après avoir sportivement félicité Jarno Trulli et Renault.

Le rêve de Ross Brawn ne se réalisera pas. Ils ne remporteront pas les 18 GP. Mais de là à imaginer que le championnat puisse être relancé, il existe une sacrée marge. Avec 12 points d'avance sur Rubens Barrichello, 18 sur la BAR-Honda de Button et 19 sur la Renault de Trulli, l'ogre de la F 1 peut encore voir venir. D'autant que son récent échec est plus lié aux spécificités monégasques et au handicap de ses pneumatiques, qu'à un quelconque regain de forme de la concurrence.

Certes, Renault et BAR seront toujours là pour profiter de la moindre occasion, mais pas encore assez forts pour devancer la Scuderia et son champion à la régulière sur des tracés aussi quelconques. Quant à Williams-BMW et McLaren-Mercedes, il faudrait un miracle pour qu'elles redeviennent en un tour de clé à molette dignes de leur réputation. On risque donc de devoir attendre l'été pour voir les Rouges à nouveau battus à la régulière. A moins d'un nouveau coup de freins du numéro 1 mondial...

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.