Formule 1

ENVOYÉ SPÉCIAL EN PRINCIPAUTÉ OLIVIER DE WILDE

MONACO Debout sur le capot de sa Renault, Jarno Trulli, le héros heureux de ce fabuleux Grand Prix de Monaco, a d'abord sauté dans les bras de son directeur de team et manager, Flavio Briatore. Avant d'embrasser le losange dessiné sur le museau de sa monoplace. Lui, l'éternel malchanceux, pouvait à peine croire qu'il venait de vaincre le signe indien. Qu'au bout de 119 Grands Prix (seul Barrichello, lauréat après 124 courses, dut attendre plus longtemps encore) et plus de sept années de F 1, il venait, le même week- end, de décrocher sa première pole et sa première victoire. Qu'au casino de Monaco, la roue venait enfin de tourner en sa faveur. Qu'à 29 ans, il venait de décrocher le jackpot.

«J'ai vraiment vécu quatre jours de rêve», racontait le petit Italien de Pescara après avoir reçu son trophée des mains de la princesse Caroline et de son père le prince Rainier. «En arrivant ici après mon podium de Barcelone, j'avais le sentiment qu'on pouvait gagner. Et je l'ai fait en étant le plus rapide des qualifications à l'arrivée. C'est certainement le plus bel endroit pour remporter son 1er GP, la plus grande course du monde.»

Un vrai conte de fées pour ce Petit Poucet qui, jadis, trouva toujours un caillou dans sa chaussure. Lancé par Minardi, cet ex-champion du monde de karting et d'Allemagne de F 3 fut vite repéré par Alain Prost qui vit de suite en lui un futur champion du monde et l'engagea dans son écurie. Leader du GP d'Autriche durant 37 tours dès sa première saison avant d'exploser son moteur Mugen Honda, l'espoir mit ensuite très longtemps à concrétiser ses espoirs. Très rapide en qualifications, JT avait l'habitude de faiblir en course où il fut souvent accablé par la malchance. De quoi lui valoir le surnom de Caliméro. Mais cette fois, le petit canard noir n'a plus cassé sa coquille. «Je dédie ce succès à tous ceux qui ont continué à croire en moi», confiait tendrement cet homme simple, gentil et sincère, après une émouvante ovation. «J'ai connu des moments difficiles dans ma carrière en F 1. J'ai commis quelques erreurs, je l'admets, mais j'ai aussi manqué de veine. Dans ces moments, il ne faut jamais baisser les bras, rester courageux. Je suis devenu blindé et philosophe. Maintenant, c'est la délivrance. Désormais, je serai plus confiant, et donc plus fort encore.»

Sur un siège éjectable en début de saison, en fin de contrat, Jarno a certainement gagné son ticket pour 2005 en offrant à Renault son tout premier triomphe monégasque, le 34e d'une monoplace 100% Renault et le 2e sans moteur turbo, soit depuis le retour officiel de la marque au losange en F 1, en 2002.

«J'ai toujours adoré ce circuit en ville où j'étais déjà parti en pole en F 3 en 1996 et en première ligne en 2000 sans pouvoir transformer l'essai», poursuivait le nouveau prince de Monaco avant de revenir sur les moments fort de son ascension vers la gloire. «J'ai pris un bon départ. Mais la sortie des deux voitures de sécurité et surtout les retardataires difficiles à doubler m'ont empêché de creuser un écart. Lorsque Michael était devant moi derrière la deuxième voiture de sécurité, je n'étais pas inquiet car j'avais déjà ravitaillé pour la deuxième fois et lui devait encore s'arrêter. En fin de course, j'ai simplement contrôlé le retour de Jenson. J'ai eu tellement de désillusions dans ma vie que je ne voulais surtout pas risquer de commettre la moindre erreur. J'ai donc levé le pied. Je ne me suis réellement jamais senti menacé.»

Cette fois, Trulli volait tellement que même la sorcière ne parvint pas à le rattraper.





LIENS PUBLICITAIRES

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.

© Les Sports 2004