Formule 1 En 2017 et avant Silverstone cette année, Stoffel était un des équipiers les plus rapides de l’Espagnol.

En Allemagne, Fernando Alonso a soudainement pris la défense de son équipier belge : "Je suis très dur à battre en qualifications, mais, quand l’auto fonctionne normalement, Stoffel n’est jamais très loin. Il est en moyenne plus proche de moi que Kimi en 2014 chez Ferrari ou que pas mal d’autres au cours de ma carrière. Il est bon et n’a rien à prouver."

Nous avons vérifié et complété certains chiffres publiés par le journaliste britannique Mark Hughes. Et le double champion du monde n’avait pas tort.

(...)