Formule 1

Insensible à l'atmosphère pesante tombée sur le paddock, le Britannique Lewis Hamilton a remporté sans trembler dimanche le Grand Prix de Hongrie, sa troisième victoire pour sa première saison en Formule 1.

Le néophyte de 22 ans a ainsi creusé l'écart en tête du classement du championnat du monde des conducteurs sur le tenant du titre, l'Espagnol Fernando Alonso, son coéquipier chez McLaren-Mercedes, quatrième de la course sur le Hungaroring. A six épreuves de la fin de saison, Hamilton totalise 80 points au classement contre 73 à Alonso, déclassé de sa pole position samedi pour avoir bloqué Hamilton dans les stands lors des essais.

"Le week-end a été mouvementé et très émotionnel pour toute l'écurie", a déclaré Hamilton, en tête de la course dès le départ, où il occupait la première position sur la grille à la place d'Alonso, relégué en sixième position. "Avec cette dramatique tous ces jours derniers, il aurait pu être aisé de perdre sa concentration", a-t-il ajouté. Hamilton a devancé la Ferrari de Kimi Raikkonen et la BMW-Sauber de Nick Heidfeld.

Alonso a été sanctionné par la FIA pour être resté 30 secondes devant Hamilton qui voulait s'élancer samedi pour un ultime tour qualificatif. L'écurie McLaren a été condamnée à n'inscrire aucun point au classement du championnat du monde des constructeurs, quel que soit le résultat de ses voitures sur le Hungaroring.

Malgré cette sanction, McLaren reste en tête du classement des constructeurs avec 138 points, contre 119 à Ferrari. McLaren a fait appel de cette décision, mais n'a pu s'opposer à la décision de relégation d'Alonso en sixième place sur la grille de départ. Hamilton en tête au sortir du premier virage, a toujours été devant Raikkonen et Heidfeld, à l'exception des arrêts au stand.

"C'était une course ennuyeuse", a souligné Raikkonen. Alonso, après un virage pris trop large a été relégué brièvement en huitième position avant de revenir en sixième place comme au départ, et finalement terminer quatrième. Après 20 tours, l'ensemble des bolides s'étaient arrêtés aux stands et Raikkonen comptait alors deux secondes de retard sur Hamilton. Après le deuxième arrêt au stand, Raikkonen revenait à une demi-seconde au 57e tour, mais n'arrivait jamais à menacer Hamilton. Robert Kubica sur sa BMW-Sauber a pris la cinquième place devant Ralf Schumacher, sixième sur sa Toyota, son meilleur classement cette saison.

Nico Rosberg sur Williams a pris la septième place devant la Renault de Heikki Kovalainen. Ferrari et McLaren ont remporté les 11 courses disputées cette saison. Alonso, Hamilton et Raikkonen comptent chacun trois victoires, et Massa deux.

Raikkonen possède 60 points à la troisième place du classement du championnat du monde des conducteurs, contre 59 pour Massa quatrième. McLaren et Ferrari restent à couteaux tirés en raison de l'affaire d'espionnage venue éclabousser la saison. La dispute a éclaté quand un dossier technique de 780 pages de Ferrari a été découvert au domicile de Mike Coughlan, le designer de McLaren, qui a depuis été suspendu. Ces documents lui auraient été fournis par Nigel Stepney, un mécanicien de Ferrari, qui a été licencié. La FIA s'est penchée sur cette affaire.

Le prochain Grand Prix aura lieu dans trois semaines, le 26 août, à Istanbul en Turquie.