Golf

C'est devenu un jeu. Un petit concours. Et ils s'amusent, paraît-il, comme des petits fous. Tiger Woods et Annika Sorestam, les deux figures emblématiques du golf mondial, se taquinent depuis plusieurs mois par SMS. Le dernier message remonte à cet été. Envoyé par l'Américain, il disait «10-9». Rien de plus. La Suédoise, toutefois, avait très bien compris. Vainqueur du British Open à Saint Andrews, le «Tigre» avait repris l'avance dans le duel à distance qui les oppose au niveau des Majors, les levées du Grand Chelem.

Rares sont aujourd'hui, dans le monde du sport, les rivalités aussi amicales. Les enjeux sont trop importants. Les ego, souvent, surdimensionnés. Monsieur Woods et Mademoiselle Sorenstam, cela dit, sont bons amis depuis belle lurette et il leur arrive de se retrouver régulièrement au practice. Et Tiger en profite d'autant plus pour titiller Annika qu'il sait très bien qu'il n'y a pas photo entre les deux en matière de titres sur le circuit, Sorenstam menant largement, 66-46.

Comparer le golf masculin et féminin a peu de sens. Il s'agit, comme en football ou en tennis, de deux sports différents. Toutefois, l'analyse du jeu des deux champions laisse apparaître bien des similitudes dont le golfeur moyen pourrait s'inspirer. Au drive, Woods et Sorenstam ne cherchent pas la perfection, mais bien la longueur. Avec une moyenne de 316 yards pour lui et 267 pour elle en 2005, ils se classent respectivement 2e et 3e.

La différence, c'est au niveau du deuxième coup, celui dit d'approche, que ces deux stars la font. En touches de greens en régulation, la Suédoise atteignit en 2005 un pourcentage remarquable de 82,4 qui la plaça loin devant ses rivales, tandis que l'Américain, qui ne se classa que 6e avec 69,9pc, fut champion toutes catégories à trois reprises depuis 1999.

Reste alors le putting. En putts par tour, Tiger et Annika sont largement «below par» avec les totaux de 28,7 et de 32,8 qui les classent respectivement 42e et... 144e. En revanche, lorsqu'ils touchent le green avec une opportunité réelle de birdie, ils se montrent diablement efficaces. Avec 1,73 putt par trou Woods est 5e du lot et avec 1,75 Sorenstam carrément 2e.

A méditer...

© Les Sports 2005