Golf

Il y a un temps pour tout", nous lance d’entrée Didier De Vooght (36 ans), après avoir annoncé officiellement la semaine passée, lors de son pro-am à Cleydael, qu’il mettait fin à sa carrière. "Cela fait onze ans que je suis pro, avec deux années sur l’European Tour et huit sur le Challenge Tour. Je prends encore énormément de plaisir à jouer au golf à un bon niveau, comme en atteste ma première place à l’ordre du mérite du Members Tour 2009, mais je n’ai plus ce plaisir sur le circuit "

Champion d’Europe amateur en 1997 à Genève, Didier De Vooght est passé pro l’année suivante, dans la foulée du British Open 1998 qu’il a disputé à Birkdale. "Cela reste un excellent souvenir, alors que j’y ai passé le cut en tant qu’amateur !"

L’Anversois y a en effet terminé 64e, (+ 19) à égalité notamment avec Stewart Cink et en devançant des joueurs tels Phil Mickelson ou Padraig Harrington. Mais, au contraire de tous ces joueurs de sa génération, De Vooght n’a jamais réussi à véritablement "percer" au plus haut niveau par la suite.

"On ne peut pas comparer nos résultats sur un tournoi " enchaîne Didier. "J’ai toujours fait de mon mieux, et je ne veux pas tomber dans le négativisme en précisant ce qu’il m’a manqué. Au fil des années, le golf a beaucoup évolué, c’est devenu beaucoup plus physique. J’ai joué avec mes atouts, mais je ne sais pas et ne saurai jamais driver 20 ou 30 mètres plus loin. Mais bon, je ne regrette pas du tout d’avoir réalisé ce que j’ai fait "

Il n’y a en effet pas beaucoup de Belges qui ont joué 81 tournois sur le circuit européen et 160 sur le Challenge Tour, dont un succès aux Pays-Bas en 2002. Aux côtés de Nicolas Vanhootegem et Nicolas Colsaerts, De Vooght est ainsi l’un des meilleurs joueurs belges de ces deux dernières décennies, comme le prouve d’ailleurs son palmarès national.

"Je crois que j’ai tout gagné, à part le foursome mixte " ironise-t-il. Le joueur de Kapellen fut ainsi onze fois champions de Belgique toutes catégories confondues, remportant par ailleurs l’Omnium de Belgique à six reprises, trois fois en tant qu’amateur, et trois fois en tant que pro.

Il lui reste désormais à réussir pleinement sa reconversion dans le milieu du golf. "Je vais garder mon statut pro, et j’espère d’ailleurs pouvoir encore disputer quelques tournois comme le Telenet Trophy ou l’un ou l’autre Alps Tour", poursuit-il. "Mais l’essentiel de mon job sera désormais le coaching. Soit pour l’un ou l’autre joueur (tel le pro senior Tim Planchin) qui m’en fait la demande, soit dans le cadre de journées entreprises ou autres. Je vais également devenir responsable sportif dans mon club de Cleydael, tout en continuant au niveau de la VVG en tant que responsable du "Course management" des entraînements. J’espère également avoir un rôle de coaching à jouer au niveau de la Fédération belge, mais rien n’est encore défini à ce sujet."

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que Didier De Vooght a beaucoup d’expérience à faire partager, à l’heure où de nombreux jeunes joueurs belges désirent se lancer dans une carrière pro. "C’est un choix qui doit être mûrement réfléchi", précise Didier. "De mon côté, je suis allé quatre ans aux Etats-Unis (Université de l’Ohio, NdlR), et j’avais décidé de passer pro uniquement si je gagnais un tournoi aux States. Ce que j’ai réalisé, avant de devenir champion d’Europe. Une carrière, cela se construit, sa place sur l’European Tour, il faut la mériter " Un message qui doit être écouté par la nouvelle génération !