Golf

A une dizaine de jours du Masters d’Augusta, les championnats du monde de match play qui se sont disputés à Austin (Texas) ont laissé, en héritage, quelques enseignements.

1. La toute-puissance de Dustin Johnson

Le n°1 mondial a, une fois encore, survolé les débats. Actuellement, l’Américain domine clairement sa discipline. A 32 ans, il est arrivé à pleine maturité. Qu’il semble loin le temps où DJ se limitait à envoyer des drives supersoniques. Aujourd’hui, il s’appuie sur un registre de coups très complet et maîtrise tous les secteurs du jeu. Un peu comme si sa victoire lors du dernier US Open avait servi de déclic dans sa tête. Aux yeux des bookmakers, le géant de Columbia est, en tout cas, le grand favori du Masters.

2. Jon Rahm, le phénomène

Finaliste à Austin, l’Espagnol ne s’est incliné que sur le dernier trou face à Johnson. Auparavant, il avait largement dominé des joueurs comme Sergio Garcia, Charles Howell ou Bill Haas. A 22 ans, il est en train de brûler les étapes à la vitesse d’une fusée. Passé pro l’année passée, il pointe déjà la 14e place du classement mondial. C’est phénoménal. A l’instar de Thomas Pieters ou de Thomas Detry, le Basque est passé par la filière universitaire américaine. Et il a, d’entrée, trouvé ses marques sur le PGA Tour. "Mon objectif est de battre le record de victoires en Grand Chelem de Jack Nicklaus" confie, sans rire, le "Rahm-bo" des greens qui est coaché par le frère de Phil Mickelson.

3. La discrétion de Rory McIlroy

Le champion nord-irlandais a été éliminé dès le premier tour. Inquiétant ? Peut-être. Mais quelque chose nous dit que ce nouveau revers va le motiver encore davantage pour le rendez-vous d’Augusta. Le Masters est le seul tournoi du Grand Chelem qu’il n’a jamais remporté. En 2011, la victoire lui semblait promise mais, sous pression, il s’écroula sur les neuf derniers trous. Cette défaillance lui est toujours restée au travers de la gorge. McIlroy n’a plus gagné un Major depuis l’USPGA de 2014. Cela commence à faire long pour l’ancien n°1 mondial qui se sent des fourmis dans le swing !

4. L’inconnue Jason Day

L’Australien a été contraint de déclarer forfait à l’aube de ces championnats du monde pour se rendre au chevet de sa maman opérée des poumons. L’intervention chirurgicale s’est bien déroulée mais, à l’heure actuelle, l’ex-numéro un mondial n’a pas encore confirmé sa participation au Masters. "J’attends les résultats des derniers examens pour prendre une décision. S’ils sont positifs, je serai présent" a-t-il déclaré. A l’instar de McIlroy, Day n’a jamais réussi à s’imposer sur les greens géorgiens. Deuxième en 2011 et troisième en 2013, il a le jeu pour revêtir un jour la green jacket.